lundi 31 mai 2010

25 MANIERES DE RECONNAITRE LES INDIGOS

Les parents qui s'occupent d'un enfant de vibration Indigo ont accepté le contrat d'être les gardiens d'une âme qui apporte une nouvelle forme d'énergie sur la planète. Les enfants Indigos sont des âmes pionnières et leurs parents ont fait le contrat de se joindre à eux pour être les pionniers des nouvelles familles et des nouvelles formes de vie communautaire. Les présumés Indigos ne sont cependant pas tous de « vrais Indigos ». Pour reconnaître les « vrais » des « faux », voici une liste de critères.

Il n'est pas nécessaire de réunir l'ensemble de ces 25 caractéristiques pour être un Indigo. Mais les véritables Indigos se reconnaissent à la présence en eux d'un certain nombre de ces « symptômes » :

1 - Se sentir étranger. Ne pas reconnaître le décor planétaire, social, culturel, s'y sentir mal à l'aise.

2 - Se souvenir de façon floue d'appartenir à une Famille spirituelle souvent plus importante que sa famille biologique, une Famille formée d'êtres intelligents, amoureux et créatifs dont on conserve une grande nostalgie.

3 - Avoir beaucoup de difficultés à s'adapter à la densité. Trouver le corps physique emprisonnant et encombrant, trouver étrange de devoir manger des aliments denses pour survivre, se sentir mal à l'aise face aux selles et à l'urine, ne pas être attiré vers les activités très physiques.

4 - Ressentir fréquemment une angoisse de séparation. Être dans cet état chaque fois qu'une petite séparation anodine survient dans les relations interpersonnelles, car l'âme se souvient de façon floue mais intense d'avoir été séparée de la Source ou d'une grande Sphère de Vie lumineuse et infiniment belle, amoureuse et intelligente.

5 - Ressentir une sorte d'indignité ou de honte spirituelle. Ne pas trouver de raison à sa présence sur cette Terre et imaginer qu'il s'agit d'une punition, alors qu'il s'agit en réalité d'une mission d'aide et d'élévation humanitaires.

6 - Se sentir en présence et menacé d'êtres barbares, monstrueux, dangereux, et parfois en être apeuré ou traumatisé.

7 - Avoir une imagination fertile et une vision vaste de l'Univers. Imaginer facilement la vie sur d'autres planètes, dans d'autres systèmes solaires ou d'autres galaxies, ou dans d'autres dimensions plus subtiles. Cette imagination est généralement nourrie par des souvenirs d'expériences véritables sur ces autres sphères de vie et dans les nombreuses réalités multidimensionnelles.

8 - Être hypersensible. Pleurer ou rire très facilement, ressentir rapidement les états d'âme des êtres proches ou éloignés.

9 - Manifester de la persévérance ; sentir l'importance des grands élans internes et les suivre malgré les obstacles ou conditionnements externes.

10 - Avoir des visions grandioses ou mégalomanes. Être habité de projets, de rêves, d'idées qui font rire les autres, que les autres considèrent impossibles, alors qu'en soi on les voit déjà entièrement réalisés ! - et qu'on sait qu'on fera tout ce qui est possible pour les matérialiser.

11 - Avoir un mental ingénieux, un talent naturel pour les inventions et les innovations technologiques, car son âme a déjà vécu là où cela existe déjà, ce qui fait que ce mental trouve intuitivement les solutions adaptées à la Nouvelle Terre.

12 - Manifester une grande curiosité. Être un enfant qui pose constamment des questions, qui veut tout comprendre, et un adulte qui ne se lasse jamais d'apprendre.

13 - Être rapide et souvent hyperactif, ce qui provient d'habitudes acquises au cours d'une autre incarnation, et créer plus rapidement encore dans les plans plus subtils, d'où une grande difficulté à accepter la lenteur des gens et du fonctionnement du plan physique de la planète Terre.

14 - Apprendre rapidement. Être capable de se concentrer et d'assimiler facilement de la nouveauté. Les enfants Indigos ont ainsi tendance à s'ennuyer à l'école, à déceler rapidement les faiblesses de leurs éducateurs et même à les dépasser en compréhension.

15 - Se sentir investi d'une mission, d'un mandat, être persuadé d'avoir une oeuvre bien particulière et importante à réaliser pour la transformation de la Terre. - Flavio, 6 ans, disait: les âmes missionnées sont là pour aider à la transition de la Terre dans une dimension plus subtile.

16 - Être incapable de mentir, toujours dire la vérité, même lorsque l'ego des gens en est choqué ou blessé, et ressentir une grande tristesse face aux mensonges et aux paroles de ces gens qui sont persuadés que puisque tout le monde ment, c'est une chose normale.

17 - Avoir continuellement besoin de créer et éprouver une sensation de mort interne dans les schémas de routine.

18 - Être un thérapeute inné, avoir une facilité et une ardeur naturelles à débloquer les émotions et les pensées en soi ou chez les autres.

19 - Souffrir intérieurement du paradoxe entre le sentiment d'égalité et le sentiment de supériorité, ce qui signifie éprouver la sensation que tous les êtres sont d'essence semblable et égale, donc de même valeur, et en même temps, avoir un sentiment de supériorité ou d'orgueil spirituel en observant le manque de conscience de la majorité des personnes. - Ce paradoxe se résout dès que l'être découvre sa nature d'Indigo et son rôle sur la Terre.

20 - Tenir à son jardin secret : l'Indigo aura tendance à garder pour lui une grande partie de sa connaissance, de ses expériences, de ses conclusions sur les événements... pour éviter d'être rejeté, blessé, ridiculisé par les êtres moins éveillés qui l'entourent. - Certains indigo risquent de sombrer très jeunes dans la dépression, l'apathie, les drogues, l'alcool, la boulimie, etc., pour compenser tout ce qu'ils sont encore incapables d'accepter de leur vie ici-bas où ils sont si souvent rejetés et mal aimés.

21 - Vouloir réformer le système planétaire dans son ensemble. Certains appellent les Indigos "les Chevaliers du Divin" puisqu'ils viennent pour aider l'Humanité à sortir des conditionnements, des enfermements et assoupissements ; ils agissent et parlent de façon souvent provocatrice pour ôter les oeillères, les muselières, ouvrir les yeux, les oreilles et les coeurs ; ce sont « des empêcheurs de tourner en rond ».

22 - Privilégier son propre système de guidance interne, rechercher intérieurement ce qui est à faire et ne pas apprécier de se faire forcer ou pousser dans le dos pour quoi que ce soit, respecter son rythme, son "timing", ses heures, et ne pas accepter de discipline imposée de l'extérieur.

23 - Avoir une alimentation décalée. Les Indigos ont tendance à s'alimenter à des heures non fixes, uniquement quand leur corps en ressent vraiment le besoin. Souvent, ils sautent des repas ou même des journées de nourriture, dînent à l'heure du déjeuner et déjeunent au lieu souper, prennent le dessert en premier et la soupe en dernier. La plupart du temps, ils refusent de manger de la viande, sont végétariens ou respiriens et cherchent à se nourrir principalement de Lumière.

24 - Posséder des facultés extrasensorielles. Si elles sont encore inactivées, ces facultés s'éveilleront à des moments clés de leur existence : lecture dans les pensées des autres, télépathie, télékinésie, clairvoyance ou clairaudience, visualisation des auras et des êtres des autres plans, perception de la musique des sphères, voyages astraux la nuit pour aller dans des "Écoles de nuit" ou des Vaisseaux spatiaux pour y recevoir des informations et les transmettre.

25 - Ne pas être alourdi par son karma. Cela signifie être libre ou presque des liens karmiques après avoir depuis longtemps agi en accord avec les Lois Cosmiques Universelles.

Certains Indigos sont de très vieilles âmes, d'autres de très jeunes, d'autres encore ne sont pas passés par la naissance et ont pris un corps, un véhicule physique au moment où quelqu'un se désincarnait ; ils sont alors ce qu'on appelle des "walk-in". Certains Indigos viennent sur la Terre pour la toute première fois et ne connaissent aucune âme de cette planète ; autrement dit, ils n'ont pas d'expériences de ressouvenance ou de retrouvailles spirituelles en rencontrant les êtres sur leur route, comme ceux et celles qui se sont incarnés plusieurs fois sur la Terre ; cela génère un sentiment de solitude encore plus grand et une soif bien particulière de retrouver sa Famille interplanétaire et intergalactique, donc une soif très difficile à comprendre pour tous les êtres qui sont des habitués de la Terre.

Source : Diffusion originale : KINGSLIVER
http://terrenouvelle.ca/ind25manieres.php

LA CRISE TRANSITIONEL DE L'ETRE INDIGO A L'ETRE CRISTAL

Par Celia Fenn

L'Archange Michel m'a demandé d'écrire cet article afin d'aider tous ceux qui passent par l'expérience d'évolution rapide vers la conscience multidimensionnelle ou transition de l'état Indigo à l'état de Conscience Cristal.

Il y en a qui effectuent ce changement d'une manière relativement douce, mais beaucoup font l'expérience d'une crise au moment de cette transition. Ceux-ci ont généralement choisi de s'ouvrir aux dimensions supérieures. Ce choix n'est pas fait logiquement, par notre pensée rationnelle, mais c'est plutôt un choix de l'âme, comme une réponse aux énergies transitionnelles de la Terre, qui se font sentir actuellement. Donc parfois, la personne se trouve propulsée dans toute une suite de changements psychologiques, émotionnels et physiques pour lesquels il n'y a aucune explication logique. Ceci peut provoquer une crise. Ma propre expérience m'a démontré que les médecins traditionnels et les psychologues ne sont pas d'un grand secours car ils n'ont aucune idée de ce que la personne ressent. Quand les tests arrivent négatifs, la personne est alors souvent considérée comme hystérique, déséquilibrée ou même schizophrénique.

Cette transition arrive souvent à ceux qui se trouvent déjà dans une quête spirituelle et qui de ce fait sont mieux équipés pour faire face aux changements. Mais mon expérience m'a démontré que les Enfants Indigos, quelque soit leur ouverture spirituelle, sont aussi et particulièrement vulnérables à l'expérience spontanée de la transition ou, découverte de la conscience des dimensions supérieures . Je dois aussi ajouter que la consommation de toute sorte de drogues, chose assez commune parmi les adolescents Indigos, précipite souvent cette crise transitionnelle avant même qu'ils ne soient prêts à la vivre et à en supporter les effets.

Ci-dessous, la liste des symptômes qui peuvent être ressentis pendant la crise ou processus de découverte :

» Soudaine sensibilité extrême aux gens et à l'environnement. Une personne qui jusque là était sociable et active, trouve qu'il lui est de plus en plus insupportable d'être dans un centre commercial, ou dans un endroit fermé, comme un restaurant par exemple.

» Une augmentation des capacités psychiques et de la conscience. Ceci se manifeste surtout par la capacité de presque " entendre " les pensées et les sentiments des autres. Cela peut sembler étrange surtout si la personne s'imagine que les autres peuvent également entendre ses propres pensées. Egalement, une extrême sensibilité à l'énergie négative de certains endroits ou de certaines personnes, allant même jusqu'à l'incapacité de tolérer certaines personnes qui auparavant étaient proches.

» Cette sensibilité extrême peut provoquer des crises d'angoisse ou des crises de panique. Celles-ci peuvent survenir à tout moment, même quand la personne se réveille en pleine nuit. Il n'y a souvent aucune raison pour ce genre de crise, bien que la personne en recherche souvent la cause.

» La personne peut aussi " s'échapper " (zoning out) pendant de longues périodes, restant assise sans rien faire. Cela peut être irritant pour la personne qui était auparavant active et énergique. Ce n'est que la conscience qui s'ajuste et s'habitue à passer plus de temps dans les dimensions supérieures et moins de temps dans les 3ème et 4ème dimensions. À ajouter à cela le besoin de se reposer et de dormir beaucoup plus longtemps, ainsi qu'un processus général de ralentissement.

» Anxiétés obsessives concernant la destruction des êtres humains (par la pollution, l'épuisement des ressources, les extra-terrestres, la technologie, etc.) Ceci est dû à la capacité de la conscience multidimensionnelle d'atteindre tous les niveaux de la pensée, en tant que groupe, y compris les peurs et les croyances concernant la survie de l'espèce humaine. Comme la personne est souvent concernée par son propre état de survie, elle aura tendance à vibrer avec ce groupe de pensées ou champs morphogénétique.

» Un besoin obsessif de comprendre ce qui se passe, menant à une hyperactivité de l'esprit et à la peur du surmenage ou " de péter les plombs ". À ajouter à cela, la peur de devenir fou et d'être incapable, dans le futur, de se débrouiller dans la vie de tous les jours. À nouveau, médecins et psychologues ne semblent pas pouvoir offrir beaucoup d'aide.

» Etat dépressif pour aucune raison, si ce n'est l'état de crise en lui-même. C'est souvent la propre conscience qui fait un nettoyage des vieilles couches d'énergie qui ont besoin d'être abandonnées. Il n'est pas nécessaire de " traiter " ou de revivre l'expérience, seulement d'aider le corps à dégager l'énergie. Soyez patient avec le processus et sachez que cela passera.

» Troubles du sommeil, la personne se réveillant souvent vers 3 heures du matin ou juste avant. À nouveau, ce n'est que la conscience qui s'adapte à un nouveau cycle d'activité. La conscience supérieure est souvent plus active la nuit car les dimensions inférieures sont plus calmes à ce moment.

» Sensation d'étranges vagues d'énergie électrique à travers le corps. Le corps Cristal est incroyablement sensible, ressent les mouvements solaires et lunaires, les ondes cosmiques, et l'énergie provenant du centre galactique. Très souvent, ces énergies aident dans le processus de " re-connexion " du corps afin qu'il supporte des énergies plus fortes. Je sais par expérience, que ça peut être très inconfortable. Mais le corps finit par s'acclimater et s'habitue à supporter ces ondes énergétiques. Vous les ressentirez peut-être d'avantage aux alentours de la Pleine Lune. La meilleure façon que j'ai trouvée de combattre ce phénomène est d'aller dehors et de rester pieds nus sur le sol, en imaginant que l'énergie passe de notre corps à la terre.

» Toute une gamme de sensations physiques et d'expériences, généralement en relation avec le processus de désintoxication. Le corps Cristal ne retient pas les toxines, mais dégage tout. En fait, le truque pour devenir un être Cristal est de tout laisser passer au travers, et de ne rien retenir. C'est la phase finale du détachement. Mais à ce niveau, le corps a besoin d'abandonner des années de déchets " toxiques ", qu'ils soient physiques, émotionnels ou mentaux. L'abandon se fait toujours par le corps, qui présente en général les symptômes de fatigue intense, de douleurs musculaires et articulaires, spécialement dans les hanches et les genoux, des maux de têtes, à la base du crâne, et des douleurs dans le cou et les épaules.

» Vertiges et sensation d'être " dans les nuages ". Cela résulte du fait que vous êtes dans des états " élevés " de la conscience. Vous devez vous habituez à être dans ces états tout en restant équilibrés et centrés sur Terre. Cette sensation a également tendance à augmenter au moment des pleines lunes et des éruptions solaires.

» Augmentation de l'appétit et du poids, parce que le corps a besoin d'un apport énergétique supplémentaire pour faire face à ce processus.

» La capacité de voir au-delà du voile, c'est-à-dire d'être conscient des esprits, Dévas (fées de la nature), E.T, et anges comme appartenant à la réalité et de communiquer avec eux. Cela peut être impressionnant si la personne n'est pas au courant de cette autre réalité.




Comment faire face à la Transition


Le meilleur conseil que je peux donner est d'accepter le processus et de ne pas résister. Ma propre transition a duré environ 18 mois et j'ai trouvé que la clé était tout simplement l'acceptation. J'espérais qu'un jour je me réveillerais et que je me sentirais " normale " à nouveau. Ce n'est que lorsque j'ai accepté que je ne me sentirai jamais plus " normale ", comme avant, que j'ai commencé à me sentir plus à l'aise dans mon nouvel espace. À partir de ce moment-là, vous pouvez commencer à explorer l'aventure ou le côté positif de ce nouvel état.

Voici quelques conseils pour mener à bien cette crise transitionnelle :



» Soyez en paix avec ce qui vous arrive. Vous devenez un Être Cristal. Un autre terme pour cela est " L'Être Christique " qui se réfère à l'être multidimensionnel qui a accès aux 9 dimensions et peut-être même aux 13. Mon expérience jusqu'à maintenant est que certaines personnes ne s'ouvrent que jusqu'à la 5ème, et d'autres vont parfois jusqu'à la 6ème. Si vous parvenez à la 6ème, vous accéderez probablement à la 9ème au cours de cette vie, si ce n'est dans un futur très proche. Quel privilège, quelle bénédiction.

» Soyez bon pour vous-même et prenez soin de vous. Souvenez-vous que comme Être Cristal, vous portez en vous l'équilibre de l'énergie " mère " et de l'énergie " père ". La mère vous dit, " nourrissez-vous comme vous nourririez un nouveau-né ", car en fait c'est ce que vous êtes. Vous aurez besoin de temps pour grandir et vous fortifiez et pour apprendre les pratiques de votre nouvel environnement. Il est très important d'avoir Confiance. J'ai effectué ma transition alors que j'étais l'unique employée/manager de ma propre entreprise, et que mes ressources étaient très limitées. J'avais très peur que mon état physique m'empêche de gagner suffisamment pour survivre. Mais j'ai tenu le coup et aujourd'hui j'ai toujours un toit sur ma tête et j'ai toujours eu le nécessaire pour vivre, même s'il y a eu des moments critiques.

» Évitez toute sorte de drogues et médicaments si vous le pouvez. Si vous devez prendre des médicaments pour raison de santé, bien sûr, continuez à les prendre. Mais ne prenez pas de drogues " récréatives " car cela pourrait aggraver le processus et vous risqueriez de vous retrouver " perdu " dans les dimensions supérieures. Évitez également si vous le pouvez l'emploi des tranquillisants et des anti-dépressifs, à moins que, encore une fois, vous les preniez déjà pour des raisons de santé. Le meilleur chemin est certainement celui de la médecine homéopathique et de la naturopathie, et j'ai trouvé que les Essences Florales pouvaient être d'un grand secours.

» Evitez les foules et les endroits encombrés. J'ai réussi à mettre au point l'art du shopping " éclair " de la semaine en moins d'une heure, pour subvenir à mes besoins, et sans avoir à passer de longues heures en milieux pollués et fatigants. Graduellement, vous serez capable de tolérer une plus longue exposition à ces milieux. La clé ici, bien sur, est de conserver votre état de paix et d'harmonie mais d'une façon si forte qu'au lieu de vous sentir influencés par ces environnements, ce soit vous qui influenciez l'environnement d'une manière positive. L'Être Cristal porte et conserve toujours en soi l'énergie positive, mais vous apprendrez à l'utiliser d'une façon merveilleuse et puissante une fois que vous aurez gagné votre équilibre et qu'à nouveau vous vous sentirez à l'aise parmi les autres personnes.

» Restez centré et gardez les pieds sur terre. Cela peut être un véritable défi pour ceux qui s'acclimatent à la conscience des dimensions supérieures. Vous serez souvent dans les nuages ou pris de vertiges. Mais essayez de fixer également votre attention sur les aspects terriens et matériels de la vie. La clé ici est de passer du temps à faire de l'exercice, marcher, se nourrir et avoir des activités artistiques. Ne passez pas des heures devant la TV ou à jouer à des jeux vidéo ; ceci ne servirait qu'à augmenter l'état de déstabilisation terrienne.

» Passez autant de temps que vous pouvez dans la nature. Respirer l'air frais et prendre un peu de soleil vous aidera à fortifier votre nouveau corps. Les Dévas sont là pour aider le processus.

» Mangez simplement et consommez autant de fruits et de légumes que possible. J'ai reçu l'information de mes guides, me disant que le riz brun et les légumes sont les meilleurs aliments pour votre nouveau corps. Cependant, faites-vous également plaisir - mes envies sont passées des calamars au gâteau au chocolat ! Ce n'est pas le moment de vous mettre au régime. Votre corps a besoin d'énormes quantités de nourriture pour servir de fuel au processus de transition. Même si vous grossissez un peu, vous devez accepter cela comme faisant partie du processus de transformation.

En dernier - Célébrez votre transition - vous êtes en train de devenir un être Galactique, la prochaine étape dans l'évolution humaine ! Vous prenez maintenant part à votre droit de naissance.

BIENVENUS CHEZ VOUS, ANGES TERRESTRES !

Source : http://www.starchild.co.za/crisisfran.html
Traduit par Dominique B

LES STRUCTURES FAMILIALES DE TRANSITION ET LE ROLE DES NOUVEAUX ENFANTS

(Les enfants de la vibration Indigo préparent le terrain aux enfants de la vibration Cristal.)

Bien aimés, ce message canalisé s'adresse spécialement à ceux d'entre vous qui éduquent les Nouveaux Enfants, les Indigos et les enfants Cristal. Nous désirons partager avec vous ces informations qui peuvent vous aider à comprendre les pressions et les tensions que vous avez pu ressentir, alors que vous essayez d'être les meilleurs parents qui soient pour vos enfants.

Éduquer un enfant Indigo est toujours un challenge, mais éduquer à la fois un enfant Indigo et un enfant Cristal est un double challenge, sur le plan individuel comme pour la famille. C'est pourtant un merveilleux processus, qui contribue à l'évolution de la Planète. Imaginez-le de cette façon. Si, en tant que parents, vous avez conçu et donné naissance à un enfant Indigo, cela signifie que votre aura devait déjà avoir des connotations de bleus profonds pour attirer à vous un tel enfant. Mais une fois cet enfant arrivé, votre Être Supérieur s'aperçoit que la fréquence de la couleur "bleu violet profond" de l'aura de votre enfant représente un niveau supérieur et beaucoup plus élevé ; alors le processus "d'entraînement" commence.

Le terme "entraînement" est utilisé en physique pour décrire le processus à travers lequel deux particules de fréquence et résonance différentes se sentent attirées l'une par l'autre pour former et créer une résonance semblable. L'une doit diminuer un peu - l'autre doit s'élever un peu, jusqu'à ce qu'elles trouvent une fréquence qui soit confortable pour les deux. Dans le cas des parents d'un enfant Indigo, ils doivent s'élever un peu, ou évoluer jusqu'au prochain niveau, et l'enfant doit descendre ou abaisser un peu son intensité pour aller vous "chercher" et vous hisser à son niveau.

Si vous pouviez voir cela en termes énergétiques, mes bien-aimés, vous verriez de fait un changement et un assez beau mélange de couleurs, à mesure que les fréquences supérieures s'intègrent. Mais cet important changement peut créer le chaos dans les structures familiales, au niveau matériel. Souvenez-vous que les structures familiales traditionnelles étaient crées pour servir les intérêts d'une fréquence de couleurs auriques d'un niveau beaucoup plus bas, et que ce n'est plus approprié aux fréquences supérieures qui arrivent, alors que la Nouvelle Terre est créée.

L'enfant Indigo apporte une conscience ouverte sur la nécessité d'abandonner et de retirer les vieilles structures et les façons d'être. Votre enfant peut n'avoir que six ans, mais il/elle transmettra ce message par la fréquence de son aura. Les parents se trouvent ainsi propulsés vers un auto-examen profond et vers une remise en question de leur rôle en tant que parents et conjoints. Il se produit alors souvent une cassure au niveau de la répartition des rôles traditionnels d'éducateurs masculin/féminin, et le besoin se fait rapidement sentir de créer et de développer de nouvelles structures beaucoup plus flexibles.

La "famille" telle que vous la connaissez est en transition, et les enfants Indigos sont les catalyseurs de cette transition. Votre challenge est de travailler avec eux en tant que parents, afin de recréer ce qu'une famille biologique est en réalité, et comment elle fonctionne.

Ce processus peut être source de tensions dans les mariages, car les conjoints ont besoin de se redéfinir eux-mêmes au-delà des paramètres traditionnels du mariage et de ses structures de pouvoir. Les mariages qui survivront à ces changements seront ceux dans lesquels les deux conjoints seront suffisamment flexibles et décidés pour grandir et s'élever jusqu'aux niveaux de liberté et d'auto-expression qui font partis de la fréquence Indigo.

Mais si, comme dans beaucoup de cas, un enfant Cristal se joint maintenant à la famille, il y aura une pression supplémentaire qui poussera à nouveau au changement. L'enfant Cristal avec son aura transparente émet les tons de l'or, du magenta, de l'argent, de l'indigo violet et de l'aigue-marine qui font partie des "nouvelles" couleurs qui éclaireront le spectre de la Planète Cristal. Le reste de la famille a alors le choix de se hisser ou non jusqu'au niveau de d'Amour et de Lumière transmis par leur enfant Cristal.

Une fois de plus, il y a pression, mais surtout si certains des membres de la famille sont plus enclins que d'autres à l'évolution. Le défi consiste en ce que tous puissent bénéficier de l'expérience et parvenir à se définir eux-mêmes en toute clarté et conscience, afin de fusionner avec l'enfant Cristal.

Nous réaffirmons que ce stress est nécessaire à mesure que la structure familiale fait la transition et se transforme en famille de la Nouvelle Terre composée d'êtres avancés, aimants, puissants et libres.

Archange Mikhaël à travers Celia Fenn
Diffusion originale : STARCHILD

Source : Les portes de l'ère nouvelle
http://www.erenouvelle.com/

http://terrenouvelle.ca/indstructures.php

100.000 DOLLARS DE PRIMES A QUI REUSSIRA A ISOLER ET A PHOTOGRAPHER LE VIRUS HIV

Le Prix Huw Christie :
100,000 dollars de récompense pour le VIH offerts le 19 juillet 2002 par Alexander Russell

"… après tout, les éléments infectieux sont les seuls critères cliniquement
acceptables pour caractériser un pathogène de nature virale"
Peter Duesberg et Harvey Bialy (Nature, 375, 1995, p. 197)


Je maintiens mon offre d'une récompense de 100 000 dollars pour la première personne qui pourra fournir la preuve photographique de l'existence du VIH.


Il n'existe aucune preuve de l'existence du VIH, prétendu rétrovirus sexuellement transmissible. Ceci est confirmé par les chiffres publiés en 2002 par le Laboratoire de Santé Publique de Grande-Bretagne. Il est tout simplement impossible qu'un virus se cantonne pendant vingt années aux deux seuls groupes à risque identifiés dès l'origine : les homosexuels mâles et les consommateurs de drogues.


Il n'existe pas d'épidémie "VIH/SIDA" en Grande-Bretagne, ni ailleurs en Europe, ni aux États-Unis, et il n'en existera jamais. En Europe de l'Est et en Ukraine, on ne parle pas d'épidémie de SIDA mais d'une épidémie de drogues récréationnelles. Ce sont ces drogues qui déclenchent la formation de substances endogènes improprement étiquetées "VIH". Ce sont les produits chimiques contenues dans la cocaïne et les autres drogues récréationnelles, et non pas le prétendu VIH, qui font que les gens vont devenir séropositifs.


La cocaïne se comporte in vivo comme un mitogène, exactement de la même manière que d'autres substances d'origine végétale ont un effet mitogène dans les cultures de cellules in vitro. Les expérimentations ont montré que lorsque de la cocaïne est ajoutée à des cultures de cellules, ces cellules sont activées et présentent une réponse mitogéne typique. Cet effet est particulièrement frappant pour la cocaïne, mais ajoutez à cela toute la panoplie de drogues récréationnelles auxquelles s'adonnent beaucoup d'homosexuels mâles et il ne paraîtra dès lors plus surprenant que leurs cellules maintenues constamment en état d'excitation permettront aux tests portant sur un prétendu VIH de mettre à jour l'une ou l'autre substance endogène. Réfléchissez à ceci : aucune étude ne prétend avoir montré qu'un rétrovirus soit transmissible par voie sexuelle chez l'animal; par quel miracle le VIH constituerait-il une exception à cette règle ?


Il n'y a pas d'épidémie de SIDA provoqué par le VIH en Afrique du Sud, et il n'y a pas de tombes de victimes d'une telle maladie . Selon des rapports récents citant les statistiques nationales, l'espérance de vie en Afrique du Sud a progressé de neuf années au cours de la période pendant laquelle l'épidémie du SIDA est censée avoir sévi, le taux annuel de décès toutes causes confondues (y compris le SIDA) reste inférieur à 1%, la mortalité infantile n'a pas augmenté au cours des 20 dernières années et la population s'accroît au solide taux de 3% par an. Ce qu'ils ont rebaptisé "SIDA" et dont ils se sont servi, avec beaucoup de cynisme, pour gagner de l'argent n'est en fait qu'une épidémie planétaire de consommation de drogues récréationnelles et de maladies frappant le Tiers-Monde, telles que la tuberculose et le paludisme.


Hans Gelderblom, de l'Institut Robert Koch de Berlin, est l'un des auteurs du premier article paru dans Virology de mars 1997 qui montre que le prétendu "VIH purifié" n'est en réalité qu'une accumulation de "microvésicules purifiées". Ce qui était supposé être le "VIH purifié" n'est rien d'autre qu'un amas de vésicules, c'est à dire de morceaux de protéines cellulaires. Le VIH imaginaire n'est qu'une collection de microvésicules d'origine endogène et de protéines cellulaires (qui, d'ailleurs, ne semblent jamais s'agglomérer pour former des particules, ce qui conduit à se demander comment elles pourraient dès lors avoir un caractère infectieux). Jamais, dans aucun fluide corporel fraîchement prélevé (y compris le sang, le sperme etc.) on n'est parvenu à voir des particules virales du VIH qui ne soient pas mélangées à des substances cellulaires. Il n'a jamais été prouvé que le VIH soit un rétrovirus sexuellement transmissible. À ce jour, il n'existe aucune image obtenue par microscopie électronique de particules de VIH isolées, purifiées et compactées récupérées dans des échantillons de fluide corporel fraichement prélevés.


Ce que présentent les tenants du point de vue orthodoxe n'est rien d'autre que des artefacts produits par des clônes fabriqués en laboratoire, clônes qu'ils déclarent tout bonnement être semblables à ce qu'on trouve dans la nature.


Il faut se rappeler un point esssentiel : jamais, absolument jamais, on n'a pu isoler la moindre particule de VIH infectieux dans le sperme. Dire que les rapports sexuels par voie anale peuvent transmettre le VIH est une affirmation qui ne repose sur aucune base scientifique et constitue un non-sens révélateur d'homophobie. Le VIH n'est pas une maladie sexuellement transmissible.


Ceux-là mêmes qui avaient énoncé les règles à suivre impérativement pour démontrer l'existence d'un rétrovirus les violent allègrement lorsqu'il s'agit du VIH. Personne n'a obtenu la moindre particule de VIH pure et non polluée par des contaminants. Personne n'a été capable d'obtenir une séquence complète d'ARN (ou de sa transcription en ADN) du VIH.


Les facteurs de stress immunologique que comporte le style de vie des homosexuels (usage de drogues récréationnelles, antibiotiques, vaccins contre la grippe, alcoolisme, MST non traitées, etc.) peuvent avoir pour effet que nombre d'homosexuels mâles seront positifs aux tests de VIH. Tous les kits de ces tests comportent une mise en garde rappelant qu'ils ne doivent pas et ne peuvent pas être utilisés comme outil de diagnostic d'une infection par le VIH.


Je suis tellement convaincu qu'il n'existe aucune photographie obtenue par microscopie électronique (respectant strictement la méthodologie d'Étienne de Harven) qui prouve l'existence du VIH que j'offre la somme de 100 000 dollars à la première personne qui présentera une telle photographie, étant entendu que celle-ci devra avoir été obtenue dans des conditions rigoureuses. Qu'on ne me parle pas de "marqueurs de l'activité virale" qui, dans le meilleur des cas, peuvent indiquer tout ce qu'on veut. Je veux la preuve visuelle d'une grande quantité de particules virales infectieuses, actives, ayant une forme clairement définie récupérée dans un échantillon de fluide corporel frais et non pollué par d'autres types de cellules telles que CEM ou H9 cancéreuses. Ainsi que Peter Duesberg et Harvey Bialy l'ont écrit dans la revue Nature, "…après tout, les éléments infectieux sont les seuls critères cliniquement acceptables pour caractériser un pathogène de nature virale" (Nature, 375, 1995, p. 197). Encore une fois, pour paraphraser Peter Duesberg, un prétendu "virus" qui reste inactif ne peut pas être la cause de quoi que ce soit.


Les règles à appliquer pour tenter d'isoler le VIH conformément à la méthodologie d'Étienne de Harven sont les suivantes :

1. Seul peut être utilisé du plasma obtenu par centrifugation de sang complet et frais. Afin d'écarter le risque de voir des "particules virales" qui pourraient n'être que de simples artefacts de culture, aucune substance provenant de culture de cellules ne sera utilisée.

2. Le plasma sanguin devra provenir de personnes ayant présenté une "charge virale élevée" lors d'un test récent. Les références de ce test (date et résultat, c'est-à-dire la quantité d'ARN de VIH alléguée) devront être fournies, évidemment sans révéler l'identité du ou des donneurs afin de respecter la confidentialité.

3. Le donneur ne devra pas être sous traitement par inhibiteurs de protéase, AZT ou autres "drogues antivirales".

4. Seule une solution héparinisée de Ringer froide pourra être utilisée pour diluer le plasma (c'est-à-dire à 50%).

5. Le plasma dilué sera d'abord filtré par aspiration-filtration à travers une membrane de 0,6 millipore. Ce premier filtrat sera à son tour filtré à travers une membrane de 0,22 millipore et le résultat obtenu (deuxième filtrat) sera soumis à ultracentrifugation.

6. La centrifugation se fera à 30 000 g pendant une durée de 2 heures. Le culot obtenu (probablement de très petite taille) sera fixé avec du glutaraldéhyde et de l'acide osmique, puis soigneusement prélevé et incorporé dans une résine époxy en suivant les procédures habituellles en matière de microscopie électronique.

7. Les photographies de miscroscopie électronique devront être prises à un agrandissement d'au moins 19 500 fois et devront être du genre de celle présentée en fig. 1 pour ce qui concerne la forme et la taille des particules, sous la réserve fondamentale qui suit. Le VIH est supposé être un lentivirus possédant un noyau dense de forme tronconique. Une coupe ultrafine de lentivirus agglomérés de manière aléatoire doit inévitablement comporter un certain nombre de particules sectionnées de telle façon que leur noyau sera vu dans le sens de la longueur, d'autres étant vus du dessus, le tout apparaissant comme un mélange de noyaux denses de forme tantôt circulaire et tantôt allongée. Toute photographie ne montrant pas clairement une telle caractéristique sera considérée comme ne représentant pas le lentivirus VIH.

8. Le présent défi est lancé à tout scientifique qualifié, à tout étudiant en microbiologie ou technicien de laboratoire possédant le savoir-faire et le matériel de laboratoire nécesssaires pour exécuter les opérations requises.

Les photographies accompagnées de tous les détails de la méthodologie suivie et d'un résumé des qualifications de l'auteur devront m'être envoyées à
alex@lalage52.freeserve.co.uk


N.B. Professeur Émérite de Pathologie à l'Université de Toronto, Étienne de Harven a, tout au long de sa carrière de 25 ans au Sloan Kettering Institute de New York et de 13 ans à l'Université de Toronto, consacré l'essentiel de ses travaux à l'étude par microscopie électronique de la structure des rétrovirus.
http://perso;wanadoo.fr/sidasante/edh/edhindex.htm

Alexander Russell, 19 juillet 2002

Traduction de Yves de Saint Vaulr

Contacts Retour à l'Index
Point de vue d'un "séropositif" Point de vue d'un scientifique

SOURCE:
http://lesecretdessecrets.over-blog.com/ext/http://pagesperso-orange.fr/sidasante/textes/prixhc.htm

jeudi 27 mai 2010

L'EXPERIENCE DE STANFORD OU L'EFFET LUCIFER: COMPRENDRE COMMENT LES GENS ORDINAIRES DEVIENNENT DES MONSTRES

CETTE VIDEO EST UNE CONFERENCE "TED" DONNEE PAR PHILIP G. ZIMBARDO CE PSICHOLOGUE CONNU POUR AVOIR REALISE EN 1971 "L'EXPERIENCE DE STANFORD" DANS LEQUEL DES VOLONTAIRES DE L'UNIVERSITE DE STANFORD ETAIENT MIS DANS LA PEAU DE PRISONNIERS ET DE GARDIENS. LE SADISME UTILISE PAR CERTAINS GARDIENS, ET LA DEPRESSION ET LA PASSIVITE CORRESPONDANTE DES PRISONNIERS MENERENT A DES THEORIES TOUJOURS CONTROVERSEES SUR L'IMPORTANCE DE LA POSITION SOCIALE EN PSYCHOLOGIE INDIVIDUEL

http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=1347


video

CE QUI EST SIGNIFICATIF, CE QUE CETTE EXPERIENCE MONTRE LES ETAPES SUCCESSIVES QUI CONDUISENT INEXORABLEMENT AU MAUVAIS TRAITEMENTS ET LA TORTURE. IL EST PARTICULIEREMENT IMPORTANT D'ETUDIER CHACUNE DES ETAPES, EN PARTICULIER LES TOUTES PREMIERES, QUI SONT DEJA ANNONCIATRICES, POUR QUI POSSEDE ENCORE LE FONCTIONALISME DU DISCERNEMENT, DE CE QUI VA SUIVRE, ET OU LES CHOSES VONT SE RENDRE. EN FAIT LE RESULTAT EST CONNU D'AVANCE, CAR TOUT CONCESSION SUR LE DROIT DE L'HOMME, AUSSI MINIME SOIT-ELLE, CONDUIT INEXORABLEMENT AUX CRIMES PLUS ATROCES.



AINSI LES PREMIERES DERIVES SONT FONDAMENTALES, ET IL FAUT APPRENDRE A LES DETECTER, AVOIR LA PERVESITE DEJA AGIR, SE MANIFESTER , ET LA TUER IMMEDIATEMENT DANS L'OEUF, EN LA DENONCANT IMMEDIATEMENT, EN STOPPANT LA PERSONNE QUI A COMMENCENCER A AGIR DE MANIERE PERVERSE ET IRRESPECTUESE ENVERS SON PROCHAIN, ET A VIOLER SES DROITS.


http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=898
VIDEO DE L'EXPERIENCE DE STANFORD
video

LE PROBLEMES ETHIQUES SOULEVEES PAR CETTE EXPERIENCE LA RAPROCHENT DE L'EXPERIENCE DE MILGRAM ( A CE SUJET , PENSEZ A REGARDER IMPERATIVEMENT LES VIDEOS ) RELATIVE A CETTE INCROYABLE EXPERIENCE MENEE EN 1963 A L'UNIVERSITE DE YALE PAR STANLEY MILGRAM UN ANCIENT CAMARADE DE CLASSE DE ZIMBARDO AU LYCEE. POUR SAVOIR L'EXPLICATION SCIENTIFIQUE A CET EXPERIENCE , VOYEZ LE LIEN CI DESSOUS:
http://fr.wikipedia.org/wiki/L

JE VOUS SUGGERE AUSSI DE CONSULTER L'ARTICLE SUIVANT SUR CE BLOG: "L'EXPERIENCE DE MILGRAM".

L'EXPERIENCE DE MILGRAM

L'EXPERIENCE DE MILGRAM EST L'EXPERIENCE PHARE, MENEE 1963 A L'UNIVERSITE DE YALE PAR LE PR STANLEY MILGRAM, LA REFERENCE, DANS LE DOMAINE DE L'ETUDE COMPORTEMENTALE DE LA SOUMISSION AUX ORDRES ABERRANTS EMANANT D'UNE AUTORITE.
BIEN QUE CETTE VIDEO SOIT L'EXTRAIT D'UN FILM, D'UNE FICTION AYANT COMME ACTEUR PRINCIPALE LE GRAND YVES MONTAND, L'EXPERIENCE DE MILGRAM Y EST BIEN RECONSTITUEE, ET NOUS PERMET DE VOIR ET DE COMPRENDRE COMMENT ON EN EST ARRIVE A CE QUE DES ETRES HUMAINS EXECUTENT DES PLANS MENANT AU GENOCIDE, OU A D'AUTRES HORREURS ET ATROCITES.


NOTA BENE: POUR EN SAVOIR PLUS CETTE EXPERIENCE VOYEZ:
http://fr.wikipedia.org/wiki/Expérience_de_Milgram

http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=11


video
JE VOUS INVITE A VOIR D'AUTRES VIDEOS RELATIVE A CETTE EXPERIENCE DANS CE LIEN EN BAS POUR MIEUX COMPRENDRE:
http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=726

OU BIEN CET EXPLICATION:
http://lesintrusdelinfini.blogspot.com/2010/03/lexperience-interdite-de-france-2.html

mercredi 26 mai 2010

REVELATION DU DR WOLF

Une planète est une entité vivante possédant son propre niveau de conscience. Les ETs communient avec leurs planètes afin de créer des rapports harmonieux. Selon le Dr Wolf, "Certaines planètes poussent des édifices en silicone pure à partir de l'amour inconditionnel envers ses habitants. J'ai pu voir et tenir cette silicone. J'ai pu également observer des Zétas communiquer avec la Terre."

Les ETs sont stupéfiés du mauvais traitement que nous infligeons à notre Terre. Ils n'arrivent pas à comprendre pourquoi nous voulons la détruire ni pourquoi les multinationales peuvent impunément la violer par avarice et avidité. "L'une des missions de l'équipe Alphacom est de déterminer si nous pouvons profiter de la technologie extraterrestre pour redonner à la Terre son parfait équilibre original."

Parmi les technologies acquises des ETs, mentionnons les LED, la supraconductivité, les puces informatiques (microprocesseurs), les fibres optiques, les lasers, la recombinaison génétique (gene splicing), le clonage, l'équipement de vision nocturne, la technologie antidétection Stealth, les dispositifs à émission directionnelle de particules, les composites aéronautiques à matrice céramique et les vols aéronautiques à contrôle de la gravité.

Les ETs reconnaissent à la race humaine de nombreuses qualités. D'expliquer le Dr Wolf : "Ils affectionnent tout particulièrement notre grande imagination, notre créativité, et notre tendance naturelle à faire de profonds rêves. Mais ils aimeraient bien accélérer notre évolution spirituelle."

Plusieurs extraterrestres qui visitent la Terre sont en principe des touristes. Alors que nous prenons des vacances à l'étranger, d'autres êtres, plus avancés, visitent d'autres mondes. " Par comparaison à la plupart des autres planètes, la Terre est presque unique avec la grande diversité de sa nature, sa culture et ses habitants. Parmi les planètes dites primitives, la Terre est un centre d'attraction populaire."

Certains ETs préfèrent habiter sous la Terre, car ils peuvent maîtriser leur environnement en fonction de leurs besoins. Ils utilisent également des boucliers électromagnétiques lorsque les molécules sont trop denses et que plus rien n'y passe. Selon le Dr Wolf : "Nous n'avons toujours pas exploré la profondeur des océans ni les croûtes internes de la Terre."

L'équipe Alphacom a découvert que de nombreux extraterrestres ressemblant à des humains sont présentement parmi nous. "Ils peuvent respirer notre air, et dans la rue on ne saurait les différencier." Environ un millier de Nordiques habiteraient l'Espagne, pour ne nommer que ce pays.

Les Nordiques présentent des visages parfaits et sensuels, sans rides ou peu, les yeux bleus, les cheveux blonds, le corps sain, sans odeur et mesurant aux environs de 2 m. Ils communiquent par télépathie, mais lorsqu'en visite sur Terre, ils se servent d'un dispositif vocal, une petite boîte biologique implantée dans leur système.

Les organes internes de leur corps sont semblables aux nôtres, bien que le système digestif soit différent. Se nourrir comme nous, tous les jours, n'est pas nécessaire. Et puisque leur génétique est différente également, leurs cellules ne meurent pas.

Ils possèdent une base sur une île de la Polynésie française et se promènent librement parmi les insulaires.

Les Nordiques ont les facultés psychiques très développées. Selon le Dr Wolf : "Ils peuvent ouvrir un portail dimensionnel d'une maigre pensée et peuvent disparaître physiquement. J'en fus témoin. Ils habitent une dimension supérieure à la nôtre. Les pensées sont des formes d'énergie, et les Nordiques portent un bidule, dans leur poche ou ailleurs sur leur personne, qui amplifie cette énergie. Ils cultivent les cristaux aux mêmes fins."

Un certain après-midi, en 1990, un vaisseau ET escorté de chasseurs F-16 a atterri sur Puerto Rico dans un quartier touristique achalandé. Les occupants sont alors sortis de l'engin et se sont baladés parmi la population. De commenter le Dr Wolf : "C'était un exercice pour recueillir les réactions du public." Le maire de l'île écrivit une lettre au président Bush déclarant : " Au début, nous trouvions ces sightings très amusants, mais par la suite les gens sont devenus inquiets. Que dois-je donc leur dire?" Le Président avait tendu cette communication au Dr Wolf. "Elle était estampillée partout du code T52-EXEMPT(E), ce qui veut dire que cette lettre ne doit jamais être déclassifiée."

Alors qu'il poursuivait son doctorat en physique au MIT (Massachussetts Institute of Technology), il a découvert une nouvelle théorie de la dualité des ondes de particules qui plus tard mena à la création d'un faisceau de particules neutres. Le Dr Wolf : "J'espérais et envisageais que cette technologie puisse un jour servir à vaincre le cancer. Mais non, on s'en est servi comme arme dans le cadre du Projet Guerre des Étoiles."


Les extraterrestres lui ont communiqué : " Tous les mondes dans la galaxie sont connectés. Une bombe atomique Hiroshima affecte toutes les cultures." Ils ont ajouté : "Les pensées sont des formes d'énergie. D'autres mondes sont en mesure de les capter. Les barrières galactiques n'existent pas."

Mossad, l'agence de renseignements israélienne, "entretient de très bonnes relations avec les ETs, spécialement les Sémites." Des liens historiques importants existent avec ce pays."

L'aéronef ultrasecret Aurora est dirigé à base de méthane liquide et possède à son bord la technologie antigravité. Il est muni d'un système d'armement à impulsions électromagnétiques antiradar et peut voyager jusqu'à la lune.

Quelques pilotes militaires ont fait des expériences au niveau de la propulsion aéronautique par le contrôle de la pensée. Le Dr Wolf : "Certains vaisseaux sont en fait des transporteurs vivants, capables de se diviser et se regrouper. Ces engins répondent bien aux commandements de la pensée."


La base souterraine Area 51 est une vaste cité de la taille de l'état du Rhode Island. Elle continue de grossir et a maintenant une sœur, S4, à quelque 25 km, et une autre appelée Indian Springs. Des centaines de personnes des secteurs civils et militaires y travaillent. Elles sont affectées à l'un ou l'autre des 8 programmes dits noirs qui fonctionnent sur un budget de 2 billions de dollars annuellement. Un important système de sécurité surveille les lieux et la loi martiale est imposée à l'intérieur.
Certains scientifiques vivent sur les lieux par tranches de six mois. Leurs chambres à coucher sont modestes tandis que les ETs jouissent d'apartements de luxe. On y trouve également des centres commerciaux, des boutiques militaires ainsi que des centres récréatifs avec piscines, gymnases et courts de basket. On y mange bien.

Des scientifiques du gouvernement satellite ont créé avec succès la fusion à froid et l'énergie du point zéro. "Il nous faudra une transition en douceur pour assimiler cette nouvelle science, sinon l'économie mondiale en sera dévastée."

Notes du traducteur :
(1) Deep Throat est le nom accordé à la présumée source d'information clandestine de Bob Woodward, journaliste du Washington Post, dans cette affaire du Watergate des années 70 qui mena à la démission du Président Nixon. Certains prétendent qu'il s'agirait de Kissinger lui-même, mais les spéculations vont dans toutes les directions.

(2) Le Docteur Wolf aura livré sa dernière entrevue le 8 mars 2000 à Paola Harris.
Voici le lien à son site si la lecture vous intéresse. Le texte, par contre, est en anglais.
http://www.ufodisclosure.com/drwolf.html

(3) Le site du docteur Richard Boylan, y compris des lectures supplémentaires au sujet du Dr Wolf.
http://www.drboylan.com/

(4) Commentaire subjectif sur l'autopsie: Je n'arrive toujours pas à croire cette histoire de documentaire. La manutention de la caméra ressemble plus à une technique artistique des années 80-90. Enfin…


Sources

La version anglaise originale de cet article a été lue et approuvée par le Dr Wolf avant sa mort.
Remerciements à Richard J. Boylon, James Courant, Paola Harris et British Telecom.
© Copyright : Chris Stonor, octobre 2000
http://www3.mistral.co.uk/futurepositive/
Traduction: Tristan Perrier, juillet 2002

L'INTERVIEW DE RALPH RING

Une interview vidéo avec Ralph Ring - Las Vegas, Août 2006

Egalement présent: Gary Voss de The Ranch: un consortium de recherche sur les énergies excentriques et les systèmes d'anti-gravité

Cliquez ici pour l'interview vidéo
Cliquez ici pour la version PDF de cet interview, avec une brève introduction (8 pages)
Cette page est une version reformatée d'un publication originale de Project Camelot
----------------------------------------------------------------------------------
Début de l'interview

Garry Voss : Voulez-vous nous dire comment Otis Carr et vous vous êtes rencontrés et quel était votre parcours à l'époque, et puis nous amener à aujourd'hui?

Kerry Cassidy : Et comment vous avez travaillé avec Jacques Cousteau?

Ralph Ring : Ok. Oui. C'est un bon endroit pour commencer. J'ai terminé mon service en '54.

Pendant mon service j'étais basé sur l'île de Guam. Il y a eu l'attaque coréenne et ils nous ont expédiés en Corée au milieu de la nuit. J'ai participé à l'atterrissage d'Inchon et j'ai vécu cet épisode, qui était assez désagréable.

J'ai été blessé 4 fois, j'ai eu des engelures et tout ça. Et je suis devenu très, très découragé par l'armée. Complètement. A cause de, eh bien, tout. Et depuis le départ j'étais opposé à tuer des gens donc je tirais en l'air. Je ne comptais pas trop pour eux.

Quand j'étais sur Guam, les marines se battaient avec l'armée et l'armée se battait avec la Marine - dans des bars. Ils sortaient et se battaient. Moi je préférais aller à la plage et regarder autour de moi, et finalement j'ai appris la plongée sous-marine... la plongée en apnée, en fait, avec un tuba. J'ai découvert tout un nouveau monde sous l'eau, qui m'a fasciné. Et donc j'ai continué à développer ça jusqu'à l'attaque en Corée.

De retour aux States j'étais dans l'artillerie lourde, 3ème division 7ème unité d'infanterie - ce qui n'est rien de plus que des mitraillettes, du mortier lourd et de la grosse artillerie. Bien que je m'inscrivais sans cesse pour l'école d'ingénieurs durant mon service, ils continuaient de me renvoyer dans l'infanterie.

Alors en sortant je n'avais pas grand-chose pour continuer excepté mon intérêt pour la plongée. Donc j'ai ouvert un petit business de plongée sous marine et de plongée apnée à San Francisco. J'ai aussi finalement terminé mes études et obtenu mon diplôme en Californie du Sud, à Newport Beach et Costa Mesa, où se trouvaient ma famille, mes proches et tout ça. J'ai rencontré ma première femme, nous nous sommes mariés et avons eu deux enfants.

Je plongeais seul à ce moment-là et je faisais beaucoup de plongées : des plongées d'ormeau, des plongées de recherches et développement, et des plongées de localisation. Et ça se passait bien mais ma femme n'aimait pas l'idée que je sois parti plusieurs jours sur le bateau parce que les enfants grandissaient et qu'ils avaient besoin de leur père et ainsi de suite...

Donc, pour faire court, je suis alors allé travailler à l'usine de production de matériel de plongée, US Divers, située à Costa Mesa, ou Santa Ana. Ils avaient développé le SCUBA, vous savez, l'équipement de Jacques Cousteau. Et on s'est tout de suite bien entendus parce que moi-même je suis constamment en train de chercher et de développer.

Je suis entré au département de la recherche et on faisait des excursions à Catalina. Mon boulot consistait à tester les masques, à un moment. Bref, j'étais très impliqué là-dedans mais on restait partis de plus en plus longtemps en excursions et ma femme insistait pour que je trouve quelque chose d'un peu moins dangereux et d'un peu plus domestique près de chez nous. [rires]
Alors elle a trouvé cette annonce dans le journal et m'a dit: « Advance Kinetics recherche des techniciens de laboratoire et des techniciens de recherche. Pourquoi t'irais pas voir? Tu t'es toujours intéressé à la science et là tu es toujours parti ». (Quand je rentre à la maison, je suis toujours en train de démonter des trucs, etc.)

J'y suis donc allé, c'était l'heure du déjeuner. Tout le monde était sorti. Je marchais dans un couloir et je suis passé devant le bureau du directeur, Dr. Weinhart. Et il me dit: « Que faites-vous ici? » Je lui réponds: « Eh bien, je cherche du travail, vous avez mis une annonce dans le journal. »

Et il dit:
-Ils sont tous sortis déjeuner. Entrez, parlons un peu. Qu'avez-vous déjà fait et quelle est votre formation ?
-Je n'ai pas de qualifications à part pour les bourdons et les lézards et d'autres choses que j'ai étudiées. Et j'ai découvert qu'il y a une forte crédibilité aux lois de la nature, que j'applique aux choses, et ça marche toujours.
Alors il dit :
-Le magnétisme, ça vous intéresse?
-Ah oui ! J'ai passé ma vie à étudier le magnétisme, j'adore ça.
-Hé bien, vous savez, il se fait que le type qui travaillait sur notre projet magnétique vient de partir. Venez travailler demain matin. Vous allez sur le projet magnétique.
Et j'ai dit « Bien. Super. »

Alors ce travail: J'avais un établi avec un moniteur à tube cathodique qui envoyait des électrons dans un champ magnétique (et j'avais un oscilloscope monté avec une caméra haute définition, tout était haute définition). Donc j'envoyais des électrons. Et il avait dit: « Prenez-les en photo. L'idée, votre but, est d'envoyer un électron entièrement à travers le champ sans déviation, sans qu'il soit attiré vers le positif ou le négatif. » J'ai dit « Ok, » vous savez, « pas de problème. C'est facile. » Je prenais donc des photos – en très grand nombre, et très chères. Tous les jours, c'était l'équivalent de 1000$ de travail qui étaient payés par les contribuables pour cette recherche. Et j'ai commencé à me poser des questions. Vu mon affinité avec la nature, je comprenais qu'ils utilisaient la force.

Voss : Une force brute.

Ralph : Oui. Et ça ne marche pas avec les lois naturelles.

Voss : Non. Ça ne marche pas.

Ralph : Alors je me suis dit: « Ça ne marchera jamais, je comprends que le type soit parti, il en a eu marre. » Et j'étais en bonne voie. Je suis rentré chez moi, et j'avais amassé toutes sortes de trucs de brocantes, comme un amplificateur audio et un générateur de fréquences. J'avais comme ça plusieurs choses à la maison, et j'ai démonté une TV pour avoir un tube cathodique. J'ai commencé l'expérience à une petite échelle sur le sol du salon. J'ai tout monté et disposé de la façon qui me semblait la plus naturelle pour que ça marche. Et, au lieu de forcer les électrons, je les pulsais. Je leur donnais juste une impulsion, c'est tout. Et eux, d'eux-mêmes, ont entamé un déplacement circulaire.

Voss : Ils voyageaient selon leurs propres schémas et autant qu'ils le voulaient à un moment donné.

Ralph : Oui. Et ils passaient du négatif au positif jusqu'au bout du...

Voss : Retourner nourrir la source.

Ralph : Je me disais: « Mon dieu, c'était simple ça. » car ça a marché du premier coup. Ensuite j'ai fait beaucoup, beaucoup d'autres d'essais et les électrons traversaient tous, sans aucune déviation. J'étais heureux, je me suis dit que ça me vaudrait peut-une augmentation.

Alors, l'expérience suivante : sur l'établi d'à coté, ils travaillaient sur la lévitation.

Voss : Qui, « ils »?

Ralph : D'autres techniciens, d'autres ingénieurs.

Voss : De quel département étaient-ils?

Ralph : Cinétique Avancée. Le laboratoire était immense, il y avait plusieurs établis. Ils travaillaient sur des lasers vers la Lune, sur la lévitation.

Voss : Donc il y avait aussi plusieurs intérêts impliqués dans certains des projets.

Ralph : C'est le gouvernement qui finançait. Tout ça c'était de la recherche financée par le gouvernement.

Voss : Département de l'armée?

Ralph : Je ne sais pas.

Kerry : Mais pour revenir à l'histoire. Donc vous aviez développé cette pulsation, et vous disiez qu'à l'établi d'à coté...

Ralph : A côté ils travaillaient sur la lévitation. Ils avaient... juste des bobines, vous savez, du fer et des fils de cuivre. Et ils avaient des boules d'acier : ils les mettaient au-dessus et activaient la chauffe, et elles lévitaient environ de 4 à 8 minutes, ce qui consumait la bobine. Ils les appelaient des "igliotrons" je crois, et ils devaient s'en procurer constamment. Encore une, et encore une. Ils en brûlaient de 2 à 4 et en ce temps-là (années '50), elles valaient 400 $ pièce. Et eux, ils étaient là « On s'en fiche, on en a plein ». Et ils les brûlaient.

Donc l'autre expérience que j'ai tentée à la maison: j'ai pris un haut-parleur de basses de 40 cm que j'avais récupéré d'une sono quelque part, je l'ai posé à plat sur le tapis du salon et j'ai attaché mon ampli audio dessus. Et j'ai commencé à expérimenter avec la lévitation acoustique. Je pensais, eux ils utilisaient cette force brute pour pousser vers le haut et ils employaient beaucoup de courant. Moi j'allais essayer des ondes acoustiques, des vibrations gentilles ou quelque chose comme ça.

J'ai donc joué un peu avec différents objets et j'obtenais de petits résultats. Les objets commençaient à pulser et tout. Mais ensuite j'ai mis une balle de pingpong au centre et j'ai continué à jouer, et je crois que c'est en arrivant à 28,000 cycles que la balle s'est élevée.

Voss : C'est intéressant que vous racontiez ça parce que je me rappelle avoir vu un bulletin d'infos en 1989 montrant que des scientifiques avaient 'découvert' comment faire exactement ce que vous venez de décrire.
[rires]
Kerry : Que vous aviez donc fait dans les années … 1960? ou '50?

Ralph : Les années '50. La solution était très simple. On pourrait le faire aujourd'hui. Je pense qu'on pourrait le reproduire. Je n'ai pas réessayé, je n'avais pas besoin d'y revenir. Mais c'était une opération très simple parce que vous laissez la nature faire tout le travail. Je n'ai eu qu'à comprendre ce qui se passait. Donc pour le truc avec la balle de pingpong, quand j'ai réussi à la faire léviter j'étais excité comme un fou. Ma femme m'a dit: « Viens te coucher, viens te coucher ». Je suis allé me coucher et le lendemain matin la balle de pingpong était toujours en l'air.

Kerry : En lévitation? Étonnant !

Ralph : En lévitation. C'était 28,000 cycles je crois.

Voss : Pas de chaleur ?

Ralph : Pas de chaleur.

Kerry : Seulement des sons?

Ralph : Des sons acoustiques. C'était tout.

Voss : Audibles à l'oreille humaine?

Ralph : Non, je n'entendais rien.

Voss : Donc vous parlez peut-être de hautes fréquences, ou ultra-hautes?

Ralph : Oui, oui. Vous savez, j'ai essayé plus bas dans les portées inférieures et rien ne semblait se passer. La balle rebondissait. Mais quand je montais ...

Voss : Dans les UHF?

Ralph : [Opine] Oui. Alors ça marchait. Donc je remercie ma femme de m'avoir poussé dans cette direction parce que c'est vraiment mon truc. C'est ce que j'ai toujours voulu faire. Je me disais, « On tient quelque chose, là. » Je pensais pouvoir y aller de ma petite contribution pour aider l'humanité.

Kerry : Dans les années '50, vous saviez tout ça?

Ralph : Oh oui !

Kerry : Et alors vous l'avez montré à ces gens, n'est-ce pas? Comment ont-ils réagi?

Ralph : Je l'ai montré à Dr. Weinhart en personne. J'avais pris des Polaroïds et rédigé des notes, comme je le faisais au labo, et j'ai apporté tout ça au Dr. Weinhart. Il m'a dit: « Fermez la porte. Entrez. Asseyez-vous ». Il a tout regardé en détail et il a dit: « Oui. Je sais que c'est aussi simple que ça, Ralph. Ça, je le sais. Mais ici, c'est un laboratoire de recherches financé par le gouvernement. Nous avons besoin des fonds pour continuer. Ça ne nous intéresse pas nécessairement de trouver les réponses maintenant. Ce qui nous intéresse, c'est de chercher ces réponses. Et nous sommes grassement payés pour chercher les réponses. »

J'ai répondu: « Hé bien, voilà, regardez: ça marche ! Peut-être que je ne sais pas ce que je fais et peut-être que ce n'est pas correct, mais je pensais que si je montrais ça aux autres ici, nous pourrions aboutir à quelque chose. Et c'est beaucoup plus simple que de payer 400 $ l'unité pour des igliotrons et perdre notre temps avec la cathode montée ici. »

Il a répondu: « J'apprécie ce que vous avez trouvé. Et je ne pensais pas que vous en arriveriez là si vite grâce à votre intérêt pour les lois naturelles, mais je vais devoir déchirer ceci. » (Il avait une broyeuse dans son bureau.) « Je vais devoir déchiqueter ça et vous demander de retourner travailler à ce que vous faisiez. »

Alors là, mon univers s'est écroulé. Je veux dire... Je m'disais « Mais où suis-je? ». Toute mon attitude, toute mon approche du monde a changé.

Voss : Oui. Qui sont ces gens de toute façon et pour qui travaillaient-ils vraiment?

Ralph : Exactement. C'est tout à fait ce que je ressentais.

Kerry : Donc en fin de compte vous avez quitté ce travail, c'est ça?

Ralph : Oui. Pour faire bref, je suis retourné travailler 2 semaines et je ne pouvais plus le supporter. « C'est bon, j'ai eu ma dose. »

Mais durant cette période, j'ai commencé à rencontrer des gens comme par hasard. La plupart des gens à qui je parlais en dehors du laboratoire ne voulaient pas entendre parler de sciences, j'avais donc très peu de contacts avec d'autres personnes intéressées par le sujet. Sauf une que j'ai rencontrée, qui m'a dit: « Mais vous savez, ce dont vous parlez est exactement ce que j'entends à ces meetings où je vais. Le nom de ces rencontres est "Comprendre". Elles sont tenues par une personne qui vient de l'ufologie, Daniel Fry. Et ils veulent comprendre mieux. Pourquoi ne viendriez-vous pas à l'une de nos réunions pour parler? »

Eh bien j'y suis allé, et j'ai plus ou moins répété ce que je viens de vous raconter, où je travaillais, etc, et de suite ils ont dit: « Oh ! Il y a quelqu'un que vous devez rencontrer. Il faut que vous rencontriez Mr. Carr ! »

Voss : Quelle année était-ce?

Ralph : fin 1959 ou début 1960. Ils ont dit: « Vous parlez tous les deux de la même chose. Exactement la même chose. »
J'ai dit: « Bon, Okay. »
Et il a répondu: « Mais par coïncidence, il vient de manquer de chance à Norman, Oklahoma. » (C'est là qu'il tentait de faire une démonstration du vaisseau, vous savez, les disques volants. Ils ont commencé à décrire son travail de façon négative et les journaux en ont eu vent... « Il essaie d'obtenir des fonds pour faire l'infaisable » et « La science n'a tout bonnement jamais entendu parler d'une chose pareille. » Etc...) « Donc on va l'amener ici et on va monter un labo, avec ses collaborateurs. Et allons-y, essayons un autre lieu, un autre temps, et voyons si on peut arriver à quelque chose. »

Et ils l'ont fait. J'ai donc rencontré Carr et son entourage. Il y avait Dennis Ripolte, Norman Colton, Wayne Aho. Je ne sais pas, ils étaient à peu près six.

Voss : Il avait un petit consortium autour de lui.

Kerry : Et c'était basé où alors? Où vous rencontriez-vous?

Ralph : A Costa Mesa en Californie, là où se tenaient les réunions "Comprendre". C'est là que j'ai rencontré Carr. "Comprendre" avait découvert qu'on en avait après lui. Il lui arrivait toutes sortes de coups durs. Ils essayaient de museler ses efforts.

Kerry : Vous voulez dire qu'on essayait de le tuer?

Ralph : Oui. Ils le menaçaient et puis, il devait faire très attention lors de ses déplacements car il y avait toujours des gens qui ... l'observaient d'une manière très étrange. Des choses comme ça.

Voss : Ils savaient déjà ce que vous faisiez et vous suivaient probablement aussi, tout comme lui.

Ralph : C'est une bonne remarque et je n'en ai pas parlé mais je crois que c'est important. Vous avez du entendre parler... ça circule partout... des 3 Men In Black?

Kerry : Exact.

Ralph : Bien. C'était avant même que j'entende parler de ça. Trois types se sont pointés à ma porte après cette expérience acoustique et après que Weinhart ait détruit mes documents. Je le jure devant dieu, ils étaient en costumes noirs! [rires] Et ils ont dit: « Nous sommes de l'Ecole d'Electronique de DeWalt et on a entendu parler de vous. On peut entrer? On veut en savoir plus sur vos expériences et ce que vous faites. »
J'étais un peu hésitant mais je les ai fait entrer et j'ai commencé à parler. Et ma femme me fait: « Non, non. Y a quelque chose qui cloche avec ces types. »

Kerry : Ah ha.

Voss : Elle est très intuitive. Elle avait un mauvais sentiment à leur sujet.

Ralph : Oui, ça c'est sûr. Je lui ai dit: « On ne peut pas les mettre dehors. »

Mais ils sont devenus plus insistants, style: « Dites-nous comment vous avez fait ceci » et « Je veux les détails », tout ça. Et ils ne me disaient absolument rien en retour. Ils prenaient, c'est tout. Elle s'en est aperçue et a dit: « Je vais devoir vous prier de sortir maintenant. Vous pouvez revenir plus tard ou tout ce que vous voulez, mais là vous allez partir maintenant. » Et elle les a mis dehors.

Kerry : [rit] OK. Donc, vous avez commencé à Costa Mesa. Et vous n'aviez pas déménagé?

Ralph : Oui. Le groupe "Comprendre" avait un chalet à Lake Arrowhead, près de la rivière dans les montagnes californiennes. Il y avait beaucoup de gens dans ce groupe, peut-être deux douzaines de personnes qui se réunissaient à ce chalet. Ils m'avaient dit: « Il faut qu'on vous mette dans un endroit sûr, Carr et vous. Il y a un beau grand chalet et de la place pour tout le monde. Allez-y et nous on continuera de voir ce que nous allons faire. »

J'y suis donc monté, j'ai parlé avec Carr et ses protégés, les gens qu'il avait avec lui, ... et là ! Toutes mes lampes se sont allumées comme un sapin de Noël. J'étais aux anges ! Mince... il répondait aux questions que je me posais, je répondais aux siennes, et c'était juste... Mince !

Voss : Connectés à toutes sortes de niveaux.

Ralph : Mon dieu ! Ça a été la période la plus merveilleuse de ma vie. On donnait à manger aux vautours pour garder nos esprits... On était si excités de commencer le projet ! On a reçu un coup de fil et ils nous ont dit: « On vous a trouvé un endroit juste en bas de la colline où vous êtes, de l'autre côté à Apple Valley, Californie. » Près de Victorville. C'était synchronique, parce que tous ces gens agissaient en ressenti et en esprit si vous voulez.

Voss : Je voulais signaler qu'à cette même période George Van Tassel tenait beaucoup de meetings UFO à l'Integraton, près de Joshua Tree.

Ralph : Je suis content que vous mentionniez Van Tassel. J'avais oublié cette anecdote. J'avais commandé d'Europe le gros livre de Tesla et je passais en revue tous les brevets et tout ce qu'il y avait dans ce gros livre. Et quand il y a eu cet incident avec ma femme qui avait viré les 3 types, je suis devenu un peu inquiet. Et j'ai décidé... j'avais entendu parler de Van Tassel et je connaissais un tout petit peu ses antécédents. C'était avant ma rencontre avec Carr. Donc j'ai fait un petit voyage : j'ai pris ma voiture parce que je voulais rencontrer des gens qui...

Voss : Seraient plus tolérants ?

Ralph : Oui, qui étaient plus tolérants. Et j'ai emmené cette "Bible" à Giant Rock, Joshua Tree, Californie, j'ai rencontré Van Tassel et on a eu une chouette discussion. Je lui ai dit: « Vous savez, je suis sensé vous donner ça. Je ne suis plus dans ce coup là. Je ne sais pas où je vais ni ce que je vais faire. Tenez, tout y est. » Et je le lui ai donné. Je me souviens, il se faisait tard et je suis sorti m'allonger sur une colline, regarder les étoiles. Et j'ai vu des centaines, si pas des milliers, de ces OVNIs ou quoi qu'ils soient. Des vaisseaux.

Voss : Différents, de formes différentes? Des lumières?

Kerry : Vraiment?

Ralph : Oui. Des lumières vertes ou quoi. Je n'sais pas. Il y en avait des centaines et des centaines. Ils venaient, s'arrêtaient, descendaient, remontaient et tournaient. J'étais là: « Oh mon dieu. C'est vraiment... c'est vraiment... » Et je me suis dit « Mais pourquoi? » Et la réponse que j'ai reçue était: « Parce que vous avez fait que vous avez fait. » Wow.

Kerry : C'était comme une sorte de démonstration de remerciements. C'est étonnant.

Ralph : J'avais la chair de poule partout.

Voss : « Si vous le construisez, nous viendrons. »[rires]

Ralph : Mon dieu. Après je suis rentré. Ils avaient organisé le rendez-vous avec Carr ensuite nous sommes descendus au labo d'Hespéria, dans la Apple Valley. Et on a commencé à monter la boutique. On avait arrangé un petit atelier où on avait toutes sortes de trucs à utiliser, mais ils avaient apporté avec eux quelques modèles qui étaient à moitié opérationnels.
La première expérience que j'ai vue m'a cloué au sol.... On l'a mise en place sur un des établis et liée - pas par électricité mais avec des ondes acoustiques, si vous voulez. Ou peut-être c'était... Je ne suis plus sûr. Quoi qu'il en soir, c'était un petit modèle, environ 65 cm de diamètre? ou 90. Ils m'ont dit: « Tiens, regarde ça. » Et ils l'ont fait démarrer. A peine un bruit, juste un ronronnement de vibrations. C'était fait d'aluminium. J'ai touché la surface et le contact était agréable, mais je pouvais sentir la vibration. Ils ont continué à augmenter l'énergie, puis il y a eu cette sensation... Incroyable, c'était comme si quelqu'un avait ouvert une porte et qu'une brise fraîche entrait dans la pièce. On se sentait vraiment bien. Je l'ai touchée à nouveau et cette fois c'était comme de la gelée, ça devenait moelleux, vraiment très très moelleux, comme si j'avais pu passer mes doigts à travers. Mieux que de la gelée, parce que ça ne collait pas ni rien. J'ai mis ma main dedans et je l'ai retirée.

Voss : Oh mon dieu ! Et comment ça faisait d'avoir la main dans cette matière gélatineuse? Avez-vous senti quelque chose?

Ralph : Eh bien ça faisait la même impression de picotement que nous ressentions tous dans cette pièce. On avait accéléré nos efforts. C'était comme si ce qu'elle faisait, nous le faisions.

Kerry : Ah, je vois. Vous accélériez, comme en osmose avec les vibrations.

Ralph : Exactement ! Exactement.

Kerry : C'est la résonance dont vous parlez.

Ralph : Um. Hm. Et après l'expérience, Carr... La manière dont il nous briefait c'était... ben, on s'asseyait devant une tasse de café, vous voyez? C'était juste... Il venait avec ces choses merveilleuses sur les lois de la nature et comment c'est toute notre essence et si nous l'oublions, bonjour les problèmes. Il veut absolument comprendre ces lois et comment elles fonctionnent pour tout. Si vous voulez une vie confortable, une bonne vie, une vie heureuse, et particulièrement si vous voulez arriver à quelque chose en technologie, vous ne pouvez pas utiliser la force brute. Je lui ai parlé de Advance Kinetics et ça le faisait rire. Il m'a beaucoup appris. Il avait travaillé avec Tesla, l'avait connu à une période et travaillé avec lui. Et je suppose que vous connaissez déjà l'histoire de Tesla qui va chez J.P Morgan.

Voss : Quand il a montré la tour sans fil, comment transmettre du courant sans fil, Morgan lui a dit: « C'est une très bonne idée, mais comment on va coller un compteur à ça? » [rire] L'essence même de "Nous avons le contrôle". C'est vraiment stupéfiant. Et il a clairement envoyé le message.

Ralph : Il a dit: « Si nous vous suivons, Tesla, nous n'aurons plus d'usines pour le cuivre, plus de scieries, d'arbres pour les poteaux téléphoniques, et plus de fil électrique. » Tesla avait répondu: « C'est bien l'idée! Vous pouvez enfoncer un poteau dans le sol à 9 m de profondeur et 9 m en l'air, j'vous montrerai. On peut avoir de l'électricité partout. C'est tout autour de nous. Nous vivons dedans. » Et Morgan a dit: « Pas question, Tesla. Il n'y a pas d'argent là-dedans. »

Voss : J.P Morgan, d'après ce que je sais, était aussi l'un des premiers pionniers du complexe militaro-industriel. Il était LA personne. Et très vite après il a appelé Washington sur la ligne sécurisée et leur a dit : « Hey, on a ce type en roue libre sur les mains », et les implications de ces conversations ont largement suffi à enterrer Tesla à partir de ce moment-là. D'après ce que j'ai compris en lisant ses journaux, j'imagine qu'ils ont rassemblé tout son équipement et l'ont envoyé à Wright Patterson, la base de l'Air Force, et qu'ils ont installé Tesla dans un hôtel, le Waldorf Astoria, en lui donnant une bourse gouvernementale. Les agents étaient toujours à sa traîne, rodant partout, interrompant ses conversations et filtrant toutes ses relations avec le monde extérieur.

Kerry : Carr vous a t-il parlé de ce qui est arrivé à Tesla? Est-ce qu'il vous parlait de ça?

Ralph : Tesla s'est découragé à cause du manque d'intérêt pour, vous savez.... Je veux dire, il leur apportait une nouvelle idée, il leur en démontrait la simplicité et l'efficacité, et ils lui répondaient: « Bien, mais il n'y a pas d'argent là-dedans. Oubliez. » Tout ce qu'il leur apportait ! ...

Kerry : C'était donc l'opinion de Carr que Tesla était découragé. Mais Carr a t-il rapporté que Tesla était traqué par les militaires ou bien qu'il était suivi? Je veux dire, que ce qu'il lui était arrivé était aussi ce qui était arrivé à Tesla? En d'autres termes, a-t-il jamais parlé de ça? Avant sa mort?

Ralph : Eh bien, je suppose. Je ne sais pas. Carr ne parlait pas trop des menaces que Tesla subissait. Mais en parlant avec lui, j'avais l'impression que beaucoup, beaucoup de choses se passaient pour tenter de garder Tesla tranquille et pour l'empêcher de parler. Et Tesla lui avait dit une fois: « Vous savez, il se peut que je n'arrive jamais à répandre ces idées au-dehors dans cette génération. Tout cela c'est de l'énergie gratuite. Gratuite. »
Vous avez 4 éléments: le soleil, l'eau, la terre, et l'air. Ils sont tous gratuits. Ils ont toujours été là et le seront toujours, et on ne les utilise pas. On invente des façons de leur coller des compteurs pour les vendre. Ils ont même vendu de l'air à un moment, et maintenant de l'eau.

Voss : Qui aurait cru, hein?

Kerry : [rit] Ouais.

Ralph : Alors Tesla lui a dit: « Tout ceci que je partage avec toi... » (Tesla trouvait Carr brillant, il pensait qu'il comprenait tout ce qu'il lui disait, parce que Carr lui même s'était intéressé à la nature pendant des années.) Il lui avait dit: « Si je n'y parviens pas, car c'est probable, poursuis-le et et fais passer. Et si tu n'y arrives pas, fais-le passer. »

Mais ça va empirer car ils ont déjà défié la nature. Depuis longtemps l'homme a joué avec la nature. Et on récolte ce qu'on sème. Loi naturelle. Ça va nous revenir dessus.

Kerry : En fait, Carr a fait exactement ce que Tesla lui avait demandé de faire. Il a poursuivi le travail.

Ralph : Oui.

Kerry : Dans un sens, vous faites pareil pour Carr...

Ralph : Et comment !

Kerry : Vous semblez être l'héritier de Carr. Quelque chose comme ça. Est-ce correct?

Ralph : Oui. Je dirais ça.

Kerry : C'est étonnant pour moi que vous soyez si peu connu !

Ralph : Il y a plusieurs raisons à ça.

Kerry : On aimerait savoir pourquoi vous êtes si méconnu, en fait. Vous voyez ce que je veux dire?

Ralph : Ok, je vais vous dire. Il n'y a eu que des essais manqués, mais Carr était toujours sur la brèche et je restais debout toute la nuit. On regardait les étoiles en parlant et on n'avait jamais besoin de sommeil. Je veux dire, j'allais au boulot le jour suivant et je me sentais toujours gonflé à bloc rien que de lui parler. Il était juste... Wow ! Je lui ai dit: « Tu sais, ne t'inquiète pas. On va faire fonctionner ce truc ici. »

Puis, les gens de "Comprendre" nous ont dit: « Ils se rapprochent. Ils savent qu'il est en Californie maintenant. » Et certaines de nos expériences sur une partie du vaisseau... On essayait différents principes et certains d'entre eux produisaient une couronne à l'extérieur de... On faisait marcher ces petites...

Voss : Les principes diélectriques. Le processus d'ionisation.

Ralph : Oui. Et donc même s'il faisait jour, vous voyiez ces trucs. Et les gens de la vallée étaient... C'était l'époque des soucoupes volantes et tout ça, alors ils pensaient « Oh, mon dieu, il y a des soucoupes volantes par ici »... Alors ça, en plus du fait que "les pouvoirs" essayaient de réduire les activités de Carr et le traquaient en espérant le trouver... Alors il a dit: « Il va tout simplement falloir qu'on continue à travailler là dessus. »

Il avait pris rendez-vous avec un représentant de General Motors, à Riverside je crois, et je l'ai accompagné. Le type s'était engagé à nous rencontrer parce que Carr lui avait dit certaines choses qui l'avaient intéressé. Ripolte était là aussi, avec Aho. Et de façon très précise Carr a dit: « Vous savez, maintenant on peut faire léviter ces machines. On peut quitter la Terre. Nous tuons beaucoup d'animaux, nous détruisons la végétation... D'ici un an ça fonctionnera. Nous pouvons commencer avec la voiture, c'est obsolète. Nous pouvons tout faire marcher... Et ensuite les maisons. » (Ce qui m'intéresse. J'ai toujours rêvé de maisons flottantes, comme dans Les Jetson vous savez? Pourquoi pas? Puis des villes peut-être, et peut-être des pays. Qui sait où ça s'arrête?)

Mais ce type est devenu vraiment très très agressif et il a dit: « Tu les mets là-haut Carr, et on leur tire dessus ! » Ce sont ses mots: « Tu les mets là-haut Carr, et on leur tire dessus ! »

Kerry : Wow !

Ralph : J'étais sidéré. ... Pourquoi? Et il disait: « Vous nous parlez d'un champ d'énergie où il n'y a pas le moindre argent. Nous ne pouvons pas... »

Voss : Nous n'avons aucun moyen de le contrôler, c'est de là qu'il partait.

Ralph : Oui. « Vous tirez de l'énergie de l'air qui nous entoure et vous l'utilisez pour le transport, ou la téléportation, ou qu'est-ce que je sais... »

Kerry : Alors en gros vous êtes sortis de là en disant « OK. » Qu'est-ce que Carr a dit? A-t-il dit « Ok. J'arrête »? Qu'a-t-il dit? Je suis curieuse, après cela. C'était un genre d'impasse ?

Ralph : Oh non ! Je ne me souviens pas de ses mots exacts mais il était vraiment très bon dans sa façon de répondre à ce type.

Kerry : Vraiment?

Ralph : Oui. Il a dit: « Ce n'est qu'une question de temps avant que ça n'arrive. »

Voss : « Vous ne pouvez pas nous arrêter. Vous ne pouvez pas LE stopper. »

Ralph : Ouais. « C'est là. Que ce soit aujourd'hui ou demain, c'est là. On s'approche rapidement du moment où ça DOIT se passer. Non pas « VEUT se passer » mais « DOIT se passer. » Et il a dit « Je suis désolé que vous ne voyiez pas les choses ainsi parce que nous étions prêts à travailler avec vous. Vous pourriez venir nous voir et nous vous montrerions ce que nous sommes capables de faire. » Mais ce type n'en voulait pas. Alors nous sommes partis. Et ça, c'était une relation de plus avec le système dans lequel nous vivons que je ne pourrais jamais accepter.


Nous sommes retournés à Apple Valley en nous disant: « Faisons marcher le vaisseau de 15 m avec des gens à bord. On enregistrera tout pour documenter et avoir la preuve, et puis "Comprendre" trouvera un moyen d'informer le public de ce que nous allons faire. » On comptait faire des démonstrations en direct tôt ou tard.

Pour résumer l'histoire, on est passés par plusieurs étapes et on est finalement arrivés au grand vaisseau. [le film montre des dessins techniques de différents vaisseaux] Il y en avait 2 en fait, mais 1 qu'on était prêts à essayer et à tester.

Kerry : Quelle taille?

Ralph : 14-15m de diamètre. A cette époque il n'y avait aucunes barrières ou quoi que ce soit autour de notre site et on pouvait voir l'oiseau de la route. On savait que ce n'était qu'une question de temps avant que des curieux rappliquent. Mais on s'en fichait. On savait qu'on devait agir parce que maintenant que General Motors allait aller dire à je ne sais qui ce que nous proposions, ils ne tarderaient pas à découvrir ce que nous faisions.

« Bien, » dit Carr, « venez. On va y aller. » Il nous a rassemblés dans la salle de briefing et nous a dit à tous les trois... Je ne me souviens pas qui étaient les deux autres. Ce n'était ni Ripolte, ni Colton, Ni Aho; mais nous étions 3. Il a dit: « Voilà ce que vous allez faire. Vous allez monter à bord. On va rester en horizontale . » (On avait une portée de 100 km, à Apple Valley, et on s'est finalement retrouvé à environ 15 km, je pense, en distance horizontale.) « Vous allez monter à bord, on va aller quelque part et puis on va revenir. Et c'est tout. » Et il ajoute, « Mais je veux déjà vous prévenir, votre cerveau ne va plus... »

Gary Voss : Être le même?

Ralph : [rit] « Eh bien, vous allez le perdre. Parce qu'il ne comprendra pas et ne saisira pas ce qui se passe. Alors utilisez votre esprit, vos sentiments, partez de votre cœur. Méditez. Centrez-vous et rejoignez vos pensées et vos émotions les plus élevées, plutôt que de vous inquiéter de ce qui va arriver. » Alors il a dit « Ça va être une expérience étrange pour vous, mais elle va avoir lieu et nous le documenterons. »

Nous sommes donc montés à bord, et à l'intérieur il y avait comme une petite boule de cristal au centre. (Ce n'était pas vraiment au centre, en fait, mais légèrement décentré.) Et elle avait... je crois que c'était un laser, je ne sais pas. Mais il y avait une lumière blanche qui venait d'en-dessous et qui brillait à travers elle. Ça décomposait le spectre de façon magnifique, de l'infra-rouge au rouge-rouge, orange-orange, jaune-jaune, tout autour sur 360°. Où que vous vouliez aller, quel qu'en soit le degré, le spectre coloré était là. J'ai pensé: « Ciel... c'est magnifique ! » On avait été briefés là-dessus mais jusqu'à ce que je le voie je ne me rendais pas compte de ce qui se passait.

Puis, Carr a dit: « Ok. Détendez-vous. On va aller dans une zone qui symbolise... » (Il avait l'habitude d'utiliser beaucoup de symboles. Il disait des choses comme « Parler ne sert à rien. Vous devez utiliser des symboles supérieurs à la parole pour atteindre l'esprit. »)

Voss : Penser en images.

Ralph : En images. Juste. En fait, un petit hors-sujet : quand je lisais beaucoup, l'une de mes personnes préférées était Khalil Gibran. Il a écrit Le Prophète et dans ce livre l'une de ses phrases est: « La moitié de ce que je vous dis n'a pas de sens, mais est nécessaire pour que l'autre moitié puisse vous toucher. »

Et je pensais: « Oh, maintenant je comprends! Il faut partir de l'âme ou du cœur sinon ça n'sert à rien. Ça tourne juste en rond ».

Kerry : Y avait-il une raison d'avoir choisi le spectre bleu pour...

Ralph : Aigue-Marine. On était en contact avec Carr. Je ne sais pas si on avait des talkies-walkies mais je me souviens qu'on était en contact, et il disait: « Okay. Nous allons à aigue-marine. C'est là-bas. [geste à droite] Tenez bon les gars, allons-y ». On s'est donc fixés là-dessus. Je vous raconte tout ça de mémoire, hein...

Voss : Donc vous vous concentrez tous sur une même pensée collective, pour amener cette énergie à un point focal central qui est la boule.

Ralph : Voilà. Et cette boule a alors commencé à rapetisser [illustre avec ses mains une sphère qui rapetisse] et se centrer sur l'aigue-marine. Tout est devenu aigue-marine. « Mon dieu, comment il a fait ça? » Il nous a dit plus tard que nous avions contribué à le faire en nous concentrant dessus. Je pensais: « Oh, oh, oh, c'est génial ! »

Voss : Comme un mécanisme de biofeedback est synergétique.

Ralph : Oui ! Donc, on s'est concentrés dessus et puis j'attendais que la chose bouge, maintenant. Et rien ne semblait se passer. Alors Carr a dit: « Ok les gars, sortez du vaisseau et regardez ce qui se passe. » - « Ça n'a pas marché ou quoi? » - « Allez, sortez du vaisseau. »

On est sortis et nous étions à environ 15 km en horizontale, là où la zone aigue-marine se trouvait.

Voss : Je devine que tout ce processus a duré quelques minutes.

Ralph : Oh oui, oui. J'en parlerai après. Carr nous a dit, « Ok, ramassez des pierres et mettez-les dans vos poches. Prenez de l'herbe ou tout ce que vous trouverez. Des virevoltants. Tout ce que vous trouverez. Et faites connaissance avec votre environnement, parce que quand vous reviendrez, vous ne vous souviendrez de rien. » C'était l'essentiel de l'expérience. Donc on l'a fait et on est retournés à bord, et puis [fait le bruit d'un mouvement rapide] nous étions de retour. Nous sommes sortis du vaisseau, sommes allés en débriefing et lui avons demandé: « Alors, qu'est-ce qui s'est passé? Ça a foiré, c'est ça? » - « Vous pensez que ça n'a pas marché? Vérifiez vos poches. ».
Ce que nous avons fait. Et voilà ces sacrées pierres. J'avais des traces d'herbe, j'avais tout. J'ai dit: « Oh mon dieu. »

Voss : Mais vous ne vous en souveniez pas?

Ralph : Aucun souvenir. Rien. Je me suis souvenu plus tard, d'être là-bas et de ramasser des pierres. C'était comme...

Voss : Comme si c'était un rêve ?

Ralph : Comme si c'était un rêve. Exactement. Vous poussez votre imagination jusqu'à un certain point et puis vous oubliez. Alors j'ai pensé « Ceci est l'expérience la plus incroyable que j'aie jamais eue. » Mais il disait « Non, non. C'est simple. Ton cerveau est là pour faire marcher ton corps. Tu es toi-même dans un vaisseau, ici. C'est un vaisseau illusoire dont les gens ne se rendent pas compte parce que nous le créons en quelques microsecondes. D'une seconde à l'autre ces persiennes s'ouvrent et se ferment, créant toute cette réalité que tu vois autour de toi. Mais ça n'existe pas réellement. C'est tout de l'esprit. Tout de l'énergie. Mais nous le créons. »
Et il nous coupait le souffle. Mais il a dit: « Ton cerveau a une limite de capacité. Il va jusqu'à un certain point de sa responsabilité et à moins qu'il ne soit en contact avec l'Esprit, à moins qu'il ne consente à être en contact avec l'Esprit...

Kerry : La Conscience Supérieure.

Ralph : Oui. C'est l'Esprit commun à tous, car nous sommes tous Un. « A moins d'être en contact avec ça, le cerveau ne sait pas ce qui se passe. »

Voss : Peut-on dire qu'au moment où vous avez fait ce vol de 15 km, votre cerveau était étiré comme un élastique, mais que quand vous êtes revenus, vous êtes revenus plus vite que les souvenirs de l'expérience ne pouvaient se produire et que votre cerveau ne pouvait s'en rendre compte?

Ralph : Quelque chose comme ça. Oui.

Kerry : Je ne sais pas. Des jours, des mois plus tard, vous aviez des souvenirs, comme vous le disiez, de ramasser des pierres ?

Ralph : Oui, mais je ne me souviens d'aucun mouvement.

Kerry : Vous ne vous souvenez pas du vaisseau qui bougeait? Ou vous ne...

Ralph : Je suis assis là et la boule devient aigue-marine et il dit: « Sortez du vaisseau. » On est sorti. Il y a eu du mouvement mais je ne m'en souviens pas trop. Je me souviens d'être dehors. Puis je suppose qu'on est remonté à bord et rentré à la base. Mais pour nous ça a duré au moins 15 minutes.

Voss : Un temps normal.

Ralph : Un temps normal, oui. J'ai pensé qu'on avait été parti 15 minutes.

Voss : Donc il y a une variation temporelle ici.

Ralph : Et Carr l'a expliquée: « Bien, c'est simple. Les gens ne réalisent pas que c'est l'homme qui, en un sens, a créé le temps. Le temps n'existe pas, en essence. Il existe quand nous le créons et que nous avons un début et une fin à quelque chose. On appelle ça le temps. Mais dans une réalité plus grande, il n'y a pas de temps. »

Kerry : C'est comme le maintenant éternel.

Ralph : Oui. On l'a étendu à 15 minutes et lui il dit quelques secondes. On est juste sorti du temps et revenu. Je veux dire, c'est ce que vous dites que c'est. Ce que vous créez est ce que c'est.

Et depuis, j'ai eu des expériences qui m'ont appris à ne parler de cela à personne parce que, vous savez, la plupart des gens ne sont pas intéressés - parce qu'ils sont attachés aux conforts de la créature etc... Et quand j'aborde le sujet, beaucoup de gens prennent peur car ils ne comprennent pas. Bien sûr ils croient que je suis...

Kerry : Qu'est-il arrivé ensuite? Après cet essai de vol. Vous n'avez pas fait beaucoup d'autres essais après celui-là, n'est-ce pas? Vous avez dû fermer boutique en quelque sorte?

Ralph : On a fait cet essai et puis on a fait des expériences sur place. Mais on n'est plus sorti en vol parce que c'est environ 2 semaines plus tard que le FBI et ces autres types, CIA ou je ne sais quoi, sont venus nous voir. Ils sont arrivés avec leur tintamarre habituel, pour nous dire: « Vous fermez boutique sur le champ. » On leur a demandé pourquoi et la réponse était: « A cause de votre menace de renverser le système monétaire des Etats-Unis d'Amérique. » C'était leur stratagème.

Voss : Question de sécurité nationale et tout le tintouin.

Ralph : Oui. « Et on confisque tout. » Ils sont entrés dans les bureaux, dans le labo, et ils ont commencé à tout confisquer. Puis ils nous ont débriefés et nous ont dit en gros: « Vous avez tort les mecs. Vous essayez de renverser le système monétaire. »

Voss : Et voici ce qu'on fera si vous ne coopérez pas. Signez ici.

Kerry : Et ? Ils vous ont fait signer quelque chose ?

Ralph : Non. Je ne me souviens pas avoir signé quoi que ce soit.

Kerry : Et Carr?

Ralph : Il se peut qu'ils l'aient eu. Il est devenu vraiment... Sa santé a commencé à décliner rapidement, après ça. Et je ne sais pas.

Kerry : Vous travailliez là-dessus nuit et jour, à ce stade-là. Donc votre équipe s'est dissoute suite à cette visite?

Ralph : Ils disaient « Vous n'êtes plus autorisés à... »

Voss : En des termes on ne peut plus clairs : vous allez cesser et renoncer.

Ralph : On ne peut plus clairs. « On vous a à l'œil. »

Kerry : Alors qu'avez-vous fait? Je veux dire, êtes-vous simplement rentré à la maison? Est-ce que vous avez essayé de travailler en secret ? Quoi que ce soit du genre ?

Ralph : J'ai essayé de le faire tout seul. Ce qui, j'ai découvert, est impossible. Il faut d'autres personnes avec vous.

Kerry : Et vous et Carr, êtes-vous restés en contact après ça?

Ralph : Hé bien, ils nous ont ordonné de ne plus avoir de contacts. Par la compréhension j'étais en contact avec Carr. On se retrouvera. Mais il était vraiment... Il a dit: « Non, je ne crois pas qu'on va y arriver ce coup ci. »


Cliquez ici pour l'interview vidéo
Cliquez ici pour la version PDF de cet interview, avec une brève introduction (8 pages)
SOURCE:
http://projectavalon.net/lang/fr/ralph_ring_interview_transcript_fr.html