samedi 27 février 2010

LES ELEMENTS

« Nous allons vous parler des éléments et de leur rapport avec la Terre et avec vous parce que vous subirez de plus en plus de phénomènes liés aux éléments.

Sachez que la Mère Terre a actuellement besoin de l’énorme énergie générée par les orages. Tous les impacts qu’elle reçoit lui apportent une énergie qui lui est nécessaire pour son équilibre en raison de l’immense déséquilibre qu’elle subit à cause de ce que vous êtes, à cause de vos pensées et de vos comportements. Elle a donc besoin, tout comme vous, de se rééquilibrer en permanence pour rester centrée afin de continuer son ascension, sa transition. (Nous disons de continuer car votre mère la Terre a commencé sa transition).

Nous allons donc vous parler de l’orage. La foudre, comme toute chose, a deux polarités : positive et négative. Il faut que vous arriviez à percevoir complètement, à ressentir et à intégrer le côté positif de l’électricité générée par la foudre parce que vous en avez besoin autant que votre mère la Terre pour votre propre transition.

N’oubliez pas que vous êtes énergie et que cet apport supplémentaire ou complémentaire d’énergies vous est nécessaire actuellement bien que vous n’en ayez pas conscience. Vous ne pouvez pas vous imaginer que lorsque la foudre frappe la Terre elle touche aussi vos corps énergétiques, mais non votre corps physique car vous auriez de très grands risques de ne pas résister à son impact.

La foudre est un élément très important, c’est un élément de Lumière ! Bien sûr vous le percevez en tant que tel quand vous voyez sa manifestation physique mais sur le côté subtil, sur le côté invisible à vos yeux, la foudre est un élément précieux d’évolution.

Donc, si la foudre a une grande importance pour la Terre et pour tout ce qui vit, les autres éléments le sont aussi comme l’eau, l’air et le feu parce qu’ils s’adressent à des parties de vous-mêmes. Ce que vous percevez de ces éléments est simplement la manifestation visible, matérielle, temporelle. Ce que vous ne pouvez percevoir mais cependant ressentir c’est toute la subtilité, le côté totalement Lumière de tous ces éléments.

Le feu a aussi une importance considérable, tout comme l’eau à l’époque actuelle. Ce sont les éléments essentiels de la transformation. Donc lorsque vous êtes confrontés à ces éléments, si vous tombez dans la peur, vous alimentez en vous la polarité négative de ces éléments.

Si vous pensez que cela est parfait pour vous, non seulement vous alimentez le côté positif, mais la résonance entre lui et le côté positif de l’élément qui est en vous vous met hors d’atteinte du pôle négatif et de l’impact négatif que pourrait avoir cet élément sur vous, sur vos biens ou sur ce qui vous entoure.

Vous êtes-vous demandé pourquoi, dans un même lieu, la foudre frappera telle personne, telle maison, tel point plus particulièrement que tel autre ? Vous êtes-vous demandé pourquoi les tempêtes dévastent tel ou tel endroit plutôt que tel autre ? Dans le même rayon d’action, une maison pourra être épargnée alors que la maison voisine pourra être gravement touchée ! Un arbre pourra tomber alors que deux mètres plus loin un autre arbre restera totalement intact !

Il y a plusieurs raisons à cela : si vous arrivez à bien comprendre comment fonctionne la nature, comment vous fonctionnez par rapport à elle, vous pourrez profiter de l’aspect positif des éléments déchaînés, et de ce fait vous vous mettrez à l’abri des destructions que pourraient causer ces éléments. Certains personnes le font instinctivement, elles n’ont pas conscience de ce que génèrent les éléments et ainsi, sans en avoir conscience, se protègent de leur déchaînement.

Lorsque vous serez confrontés à l’élément vent, à l’élément eau, à l’élément feu, et à l’élément Terre avec ses tremblements, ses soubresauts (peut-être pas vous forcément mais d’autres personnes), essayez de percevoir l’Amour, parce que l’Amour est l’énergie de toute chose. Essayez de ressentir au plus profond de votre cœur sa vie, sa présence, la présence de la partie Lumière.

Dans la partie Lumière d’un élément, siège ce que vous pourriez appeler la Divinité ou l’esprit de cet élément. Si vous arrivez à rentrer en contact avec l’esprit de l’élément, en particulier au niveau de l’Amour, non seulement vous vous mettez totalement hors d’atteinte du pôle négatif de cet élément, mais en plus vous en ressentez un bienfait considérable pour votre corps physique, pour vos corps subtils et même au niveau de votre conscience.

C’est la Terre qui génère tout cela actuellement parce qu’elle souffre trop du comportement de l’humanité en général. Elle est obligée de réagir si elle ne veut pas être anéantie, et les êtres humains, malgré ce qu’ils appellent leur grande science, ne pourront rien faire contre sa force prodigieuse et tout ce qu’elle déclenche et déclenchera autour d’elle et en elle.

L’être humain a malheureusement perdu la relation profonde qu’il doit garder avec la Terre, avec le ciel. Maintenant c’est une obligation absolue pour toute vie sur Terre de se reconnecter avec la mère Terre, avec le ciel, c’est-à-dire toutes les composantes du ciel que ce soit toutes les sphères, les planètes, que ce soit aussi avec l’énergie considérable émanant du Soleil maître du plus profond de l’Univers.

Il faudra que vous demandiez comment vous pourrez vous protéger des chaleurs démesurées que vous aurez encore à vivre ! Demandez à votre corps qu’il régule sa température afin que vous ne soyez pas dérangés ou même anéantis par ces températures excessives. »

C’est curieux, je vois maintenant le vent ! Ce que nous voyons du vent est simplement sa manifestation physique, moi je perçois sa manifestation spirituelle. Le vent a un immense Amour, l’air a un immense Amour pour nous et un profond respect de la vie. Le vent est généré par la mère Terre, tout comme les orages, tout comme la pluie bien évidemment et tout comme le feu.

« La mère Terre a besoin de se régénérer au travers du feu, et sa seule souffrance est qu’elle doit détruire les règnes végétal et animal. Sinon, pour elle, c’est comme si on tondait votre chevelure, elle sait très bien qu’elle redonnera vie au règne végétal et même au règne animal parce qu’il y aura des animaux qui se sauveront, qui seront avertis comme vous les hommes, de tout ce qui se passera.

La mère Terre a grandi, elle a une nouvelle conscience de ce qu’elle est et une nouvelle conscience de ce que vous êtes, et aussi une nouvelle conscience de la souffrance que vous générez, de la souffrance que vous lui faites vivre. »

Ils me montrent une image relative aux hommes : il faudrait que nous puissions marcher sur la pointe des pieds !

« C’est un symbole ! Au travers de toutes les tribulations que la Terre doit encore subir et faire subir, il faudrait que les habitants des villes puissent marcher sur la pointe des pieds pour ne pas être touchés.

La seule façon pour les humains de ne pas être touchés, de ne pas être atteints, c’est de comprendre, c’est d’accepter, c’est de s’aligner en permanence non seulement avec les énergies de la Terre mais avec les énergies du ciel, de l’Univers. C’est relativiser toutes choses, c’est avoir une confiance totale en leur immense protection.

Apprenez cependant à construire un dôme de Lumière au-dessus de vos maisons, au-dessus de vos lieux d’habitation, au-dessus de vos villages ou de vos villes. Emplissez ce dôme de Lumière, d’Amour Christique, de paix, de joie. Tout ce qui est atteint est inondé en permanence d’Amour, de Lumière, de paix, de joie, et ne sera que très difficilement atteint par le côté obscur ou le pôle négatif de toutes choses.

Nous savons que lorsque les éléments se déchaînent, l’être humain se sent non seulement fragilisé mais ne sait plus comment agir ou réagir parce que la peur l’envahit. C’est le moment où vous devez absolument faire confiance, où vous devez vous adresser par télépathie aux esprits des éléments qui vous perturbent.

Essayez toujours de percevoir le côté positif, le côté spirituel des éléments déchaînés quels qu’ils soient. Vous avez un pouvoir considérable de communiquer, d’entrer en connexion, en relation avec tout ce qui vous entoure, avec tous les éléments, avec tous les règnes, avec votre mère la Terre, avec vous-mêmes c’est-à-dire votre soleil intérieur.

Apprenez chaque jour à le faire ! Ce n’est pas un travail, c’est une forme de conscience. Elevez-vous dans cette conscience chaque jour ! Lorsque vous entendez le vent souffler, au lieu de craindre ses nuisances, essayez de percevoir le côté spirituel de l’élément air, envoyez-lui beaucoup d’Amour et vous verrez qu’il vous répondra. Faites de même pour la pluie, pour l’orage, pour le feu.

Vous pouvez également le faire lorsque vous voyez un incendie sur ce que vous appelez vos postes de télévision ! Vous pourriez éteindre le feu rien qu’avec votre pensée parce que vous pourriez demander à l’esprit du feu de ne pas détruire.

L’homme a la puissance de Dieu en lui. Malgré son apparente fragilité, l’homme est au-dessus de tous les éléments . Heureusement qu’il n’en a pas conscience parce que dans son manque de sagesse, il pourrait faire des dégâts considérables !

Dans l’immense Sagesse du Père, tout ne sera révélé à l’homme que lorsque celui-ci aura acquis le bon sens et lorsqu’il saura exactement doser ses pouvoirs et ne les utiliser que pour l’Amour, pour le bien de chacun, de chaque chose, de chaque vie.

Les voiles successifs que la Sagesse du Père a mis sur notre conscience sont une immense protection pour vous et pour les autres, mais à présent il faudra apprendre à les enlever l’un après l’autre.

Tant que vous serez encore en réaction par rapport à vous-mêmes, par rapport à ceux qui vous entourent, par rapport à la vie, à l’injustice, à la violence, à tout ce qui est la vie actuellement sur Terre, vous n’aurez pas réellement accès à vos pouvoirs parce que le fait d’être en réaction contre telle ou telle chose pourrait vous inciter à utiliser ces pouvoirs d’une façon négative. L’homme, dans sa conscience, semble avoir toujours raison ! S’il n’est pas assez sage, il aura toujours de fausses raisons d’agir et de comprendre.

Vous devrez aussi apprendre à reconnaître vos peurs, à travailler sur elles car elles sont encore légion en chacun d’entre vous, elles se cachent dans les petits replis de la partie obscure qui vous habite, et lorsque vous vous y attendez le moins elles font surface pour vous perturber.

Dès que vous aurez assimilé que votre vie est aussi précieuse qu’éphémère, vous intègrerez totalement que vous avez l’éternité pour explorer la vie, que l’éternité est en vous, plus rien ne vous atteindra, ni la mort, ni aucune peur, et vos voiles tomberont les uns après les autres.

Vous êtes des êtres parfaits vivant l’imperfection alors que vous pourriez très facilement vivre la perfection. Vous êtes des êtres éveillés mais qui vous vous endormez très souvent alors que vous pourriez vivre en permanence cet éveil.

Vous pourriez ressentir avec une très grande acuité, une grande profondeur, une grande force tout ce qui vous entoure, vous pourriez ressentir le règne minéral avec tout ce qu’il a à vous apporter de merveilleux. Vous pourriez ressentir très profondément le règne végétal avec tout ce qu’il a lui aussi à vous apporter de merveilleux. Vous pourriez ressentir très intimement le règne animal et avoir des échanges très profonds avec lui. Les animaux sont vos petits frères, ils sont tellement proches de vous ! Eux aussi s’éveillent de plus en plus à une autre conscience ! Ils ont de plus en plus conscience de l’Amour qui les habite, ils ont aussi envie de vivre autrement, dans un monde où il y a beaucoup moins de violence, beaucoup plus d’Amour, beaucoup plus de paix. Un animal est comme un homme, il aime vivre la paix, il aime vivre dans l’Amour, il a besoin d’Amour, il a besoin de paix.

Préparez-vous, car il est temps que vous puissiez vivre en parfaite harmonie avec tous les règnes qui sont indispensables à la vie de l’homme. Si autour de lui l’homme n’avait pas cette merveilleuse nature, ces merveilleux animaux, il ne pourrait pas vivre. Certes il pourrait vivre physiquement mais il aurait un tel manque, un tel déséquilibre qu’il s’étiolerait très rapidement et serait anéanti. »

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

* qu'il ne soit pas coupé * qu'il n'y ait aucune modification de contenu * que vous fassiez référence à notre site ducielalaterre.org * que vous mentionniez le nom de Monique Mathieu

source: ducielalaterre.org
http://www.choix-realite.org/?10218-les-elements

RIGUI AVOUE ETRE SOUTENUS PAR LES USA VIA CIA


Abdolmalek Rigui, chef du groupuscule terroriste Jundullah a avoué que son groupe et lui-même étaient soutenus par les services de renseignements américains (CIA). Selon un rapportage jeudi soir de la chaîne PressTV, Rigui a déclaré, dans ses aveux, qu'après les contacts pris avec les Américains sous Georges Bush Junior, les agents de la CIA dans la ville de Quetta au Pakistan ont également tissé des liens avec lui après les récentes présidentielles américaines. Il a fait allusion à la demande faite par les agents de la CIA pour rencontrer certains responsables américains à Dubaï, ajoutant que ces agents lui avaient promis des aides financières et militaires. Les Américains s'étaient aussi engagés à lui livrer des armes et mettre à sa disposition une base militaire proche des frontières iraniennes en Afghanistan. Le chef du groupuscule terroriste Rigui a affirmé, plus loin dans ses aveux que les agents américains lui avaient dit qu'ils avaient une base dit MANAS près de Bichkek, capitale du Kirghizstan et qu'ils pouvaient la mettre à sa disposition. Il lui avait promis d'y organiser une rencontre avec un haut responsable de la CIA. Au sujet de ses rencontres avec les agents américains à Dubaï, il a évoqué l'importance de la question iranienne chez les dirigeants américains ajoutant qu'à Dubaï, les agents de la CIA lui avaient dit que l'Iran faisait son propre chemin et que dans la conjoncture actuelle, la question de l'Iran était beaucoup plus importante que celle d'Al-Qaïda et des Talibans. Le chef de ce groupuscule terroriste a indiqué que l'un des hauts responsables de la CIA lui avait déclaré qu'une attaque militaire contre l'Iran était très difficile et que Washington estimait qu'il n'existait face à l'Iran d'autres options que de lui faire face. Citant les agents américains à Dubaï, Rigui a ajouté que la CIA avait l'intention de soutenir tous les groupes d'oppositions iraniens qui ont la capacité de combattre. Selon Rigui, la CIA s'est dit prête à toute sorte de collaboration avec son groupuscule dont les entraînements militaires et sécuritaires. Rappelons que Abdolmalek Rigui, chef du groupuscule terroriste, qui avec l'appui financier et de renseignements des Etats-Unis et de certains Etats occidentaux et arabes, avait mis en danger les régions de l'est de l'Iran, a été arrêté mardi par les forces de sécurité de la RII.
http://french.irib.ir/

vendredi 26 février 2010

LA REALITE EXTRATERRESTRE PAR LE DR LUKKANEN KILDE

GRAND TEMOIGNAGE DU DR LUKKANEN KILDE, UNE FEMME COURAGEUSE QUI A OSE S'EXPRIMER LIBREMENT SUR LA REALITE CONNU PAR NOS SCIENTIFIQUES ET MILITAIRES DE L'EXISTENCE DES EXTRATERRESTRES ET L'OCCULTATION QUI EN RESULTE , DEPUIS LA MISSION SUR LA LUNE JUSQU'AUX ARCHIVES TOP SECRET DE LA NASA ET US ARMY.

DANS CE VIDEO IL Y A AUSSI L'EXPLICATION DONNE PAR JIMMY GUIEU CONCERNANT LE POURQUOI DU SECRET LE PLUS CACHE DE L'HUMANITE.

CLIQUEZ SUR LE LIEN EN BAS POUR VOIR L'INTERVIEW:

http://dailymotion.virgilio.it/video/x3llql_la-realite-extraterrestre-docteur-r_tech

video

mercredi 24 février 2010

LA CHLOROPHYLLE... SERUM DE JOUVENCE ET DE SANTE

— C’est une nourriture énergétique de choix.

— Aliment polyvalent, convient à tous les malades et bien-portants.

— Elle est un agent nettoyant, vivifiant, RAJEUNISSANT.

— ELLE ÉLIMINE LA TOXÉMIE, guérit les plaies, reconstruit l'organisme, stimule les glandes,protège contre les infections, les conditions catarrhales, les acidoses ou alcaloses.

— Elle reminéralise le corps, agit contre les rhumes, la sinusite, les éruptions cutanées.


— Elle tonifie et stimule les systèmes cardio-neuromusculaire.

— Elle fait baisser le taux de cholestérol en excès et rétablit la pression sanguine normale.

— Elle est un détersif et un diurétique actif.

— Elle contient du cuivre, utile dans l'anémie. Elle stimule les globules rouges et leur permet de récupérer le pouvoir
de fixer le fer, métal indispensable aux fonctions du sang.

— Elle permet à l'organisme de fixer les rayons ultra-violets du spectre solaire et ainsi aide à la croissance des enfants.

— Elle permet aussi à la peau d'opérer la synthèse de la vitamine D grâce aux stérols de l'alimentation, et ainsi elle assure la fixation du calcium sur les os.

— Elle apporte toujours des améliorations majeures dans l'état organique.

— Elle aide à réaliser la synthèse des sucres et amidons.

— Elle désodorise, grâce au magnésium, les selles et l'urine, et aussi bien l'haleine fétide et la sueur.

— Elle est un stimulant efficace des échanges nutritifs.

— Elle facilite l'utilisation des substances alimentaires.

— Elle est également un puissant stimulant de l'énergie du muscle cardiaque.

— Elle permet également d'assainir la flore intestinale et favorise la santé des bactéries probiotiques.

— Elle favorise donc la santé du système immunitaire et joue un rôle dans la défense contre les radicaux libres.

— Elle capte le soleil, l'emmagasine et le restitue à l'homme.

— Soulage les amygdalites, apaise les hémorroïdes, aide à réduire les varices.

— Revitalise le système vasculaire dans les jambes.

— Aide à combattre l'asthme, favorise l'écoulement des cataractes.

— Soulage la douleur causée par une inflammation, calme les tissus ulcéreux.

— Améliore le drainage nasal et ralentit l'écoulement nasal.

— Régularise les menstruations, améliore les problèmes d'hyper ou d'hypoglycémie.

Se retrouve en abondance dans les légumes verts et crus
Se vend également en concentré liquide dans les magasins d’aliments naturels.

Extrait du livre : Mangez bien et rajeunissez, Raymond Barbeau et un dépliant

http://www.lespasseurs.com/arcturius/index.php?post/24/02/2010/La-chlorophylle...s%C3%A9rum-de-jouvence-et-de-sant%C3%A9

mardi 23 février 2010

INTERVENTION DE NIGEL FARAGE, UN EURO-DEPUTE COURAGEUX

Une main de fer a saisi l'Europe - Nigel Farage. Ils lui ont coupé le micro les sal...s. "C'est le CFR à l'époque de la guerre froide qui ont installé dans les pays soviéto-satellites les gouvervants. Aujourd'hui c'est toujours le CFR qui utilisent les memes méthodes pour nommés ces mêmes pions communistes mondialiste à la tête de l'Union européenne." Autre remarque: "Bravo, en voilà un qui ose dire tout haut ce que beaucoup pensent tout bas....l'Europe est devenu un piège pour tous les états membres qui vont d'ailleurs faire faillite... tout ça à cause d'une minorité d'êtres cupides et avides de pouvoir et d'argent.. et pendant ce temps-là, la majorité travaille encore pour tenter de survivre et n'a plus le temps, ni l'envie d'écouter ce genre de discours et encore moins d'approfondir, tandis que d'autres, éjectés du système, un peu plus conscients peut être, sont encore trop peu nombreux et trop corporatistes pour se réunir face à l'ennemi commun.. l'élite et la mondialisation.. triste constat."

INTERVENTION DE NIGEL FARAGE (EURO-DEPUTE)AU PARLEMENT EUROPEEN LE 09 FEVRIER 2010,.
NIGEL FARAGE DENONCE LE COMPLOT CONTRE L'HUMANITE EN POINTANT DU DOIGT SES COLLEGUES POLITICIENS, VIDEO SUPERBE ,VOICI L'EXEMPLE D'UN POLITICIEN COURAGEUX ...
CLIQUEZ SUR LE LIEN ICI EN BAS OU SUR LE TITRE EN HAUT POUR ACCEDER AU VIDEO:
http://dailymotion.virgilio.it/video/xc67d9_une-main-de-fer-a-saisi-l-europe-ni_news

JIMI GUIEU , DENONCE LES BILDERBERGS,LA COMMISSION TRILATERAL ET LE COUNCIL ON FOREIGN RELATION (CFR)

Jimmy Guieu a fortement dénoncé la Trilatérale, le CFR et les Bilderbergs. (20 minutes inoubliables. Un de mes héros, à mon âge.... :). Les façades du Gouvernement Secret. Après avoir écouté ce clip vous ne serez pas surpris d'apprendre que sa mort survenue le 02/01/2000 est très étrange, voire suspecte. Les documentaires de Jimmy Guieu sont une tribune à partir desquelles il critique violemment le GEPAN, le SEPRA, ou met en garde le spectateur contre des manœuvres de désinformation orchestrées à l'échelle planétaire par des puissances occultes.


SUPER INTERVIEW DE JIMMY GUIEU QUI DEVOILA A L'HUMANITE L'EXISTENCE ET LES COMPLOTS DES ILLUMINATI POUR S'EMPARER DE LA PLANETE TERRE.

video

INTERVIEW DE BENJAMIN FULFORD AU PROJET CAMELOT

Traduction de l'entretien téléphonique du
20 Novembre 2009
____________________________
Ici Kerry Cassidy, de Project Camelot ; je suis au téléphone avec Benjamin Fulford. Nous allons discuter de la situation économique, et d'un message qui vient de parvenir à Project Camelot disant qu'en janvier, on allait faire chuter le dollar et changer de monnaie. Et on vous conseille de changer tous vos dollars pour de l'or et de l'argent.

Kerry cassidy :Donc Benjamin, pouvez-vous nous parler des Chinois qui achètent principalement l'or ?

Benjamin Fulford : Ce qu'il faut que les gens des Etats-Unis comprennent, c'est que les Etats-Unis d'Amérique, le gouvernement constitutionnel, ne sont pas en faillite, et qu'ils n'ont pas de dettes. Les dettes sont dues par une grande entreprise – une grande entreprise privée nommée The United States of America Corporation ("les Etats-Unis d'Amérique S.A."), qui appartient au Federal Reserve Board (le Bureau des Gouverneurs de la Réserve Fédérale américaine, NdT), et au petit groupe de familles qui les possèdent.

Donc, ils veulent mettre l'intégralité de leur dette sur le dos du peuple américain, puisque ses contribuables la paient depuis des siècles.

Mais si le Federal Reserve Board devait se retrouver à sec, le peuple américain ne devrait pas un dollar, alors que le chiffre passerait immédiatement à l'équivalent de 10 000 000 $ pour chaque homme, femme ou enfant des Etats-Unis, si on laissait les gens de la Fed tomber en faillite.

Bon. Je voudrais aussi que les gens du Pentagone et des autres agences gouvernementales comprennent que nous n'agissons pas contre les Etats-Unis. Nous agissons contre un groupe de gangsters qui se sont emparés des Etats-Unis. Et nous désirons libérer le peuple américain.

Donc, plutôt que de leur permettre de proclamer la loi martiale, de dévaluer le dollar de 90% et de causer le chaos, je vous conseille juste de sortir de l'ombre et d'annoncer le retour du gouvernement constitutionnel.

Les Chinois et d'autres ont rencontré Obama et lui ont déniché environ mille milliards de dollars sur un an. Ils lui ont accordé le bénéfice du doute, mais ils tiennent compte de ses actes, pas de ses paroles – on continue de tuer des gens en Irak, on continue de tuer des gens en Afghanistan – et on n'a pas fermé Guantanamo ; en conséquence l'approvisionnement en argent est coupé depuis le 30 septembre.

Bon, ils [Obama et les gens qui le soutiennent, NdT] ont pu gagner un peu de temps en vendant des secrets militaires aux Chinois, en vendant des secrets militaires aux Russes, en [inaudible] amenant des missiles aux [inaudible] --

KC : OK, c'est – on est en train de vous perdre. Il vaudrait sans doute mieux…

BF : Oui… retirer – je suis désolé – retirer les missiles de Pologne, et deux ou trois autres choses.

Maintenant, ils se font un peu d'argent de ci de là, ils vendent de la drogue récupérée en Afghanistan, mais en fait, tout ce qu'ils sont capables de faire, c'est de gagner un peu de temps. Mais, c'est vrai, plusieurs sources sont d'accord pour dire que c'est le dollar qui va trinquer. Et si vous faites le calcul, il devrait s'effondrer à quelques pour cent de sa valeur.

KC : OK. Quand vous dites que le dollar va imploser, êtes-vous d'accord avec le message que je viens de poster sur Skype, affirmant que c'est prévu a priori aux alentours du 15 janvier, ou à peu près ?

BF : Eh bien, il y a une réunion de programmée pour le 6 janvier, et une autre pour le 30. Maintenant, votre source fait de toute évidence partie du cabinet d'Obama, et ça c'est son plan, mais cette personne n'est pas la seule dans le coup. En fait c'est un petit joueur.

Ils se préparent à dire : "Nous n'allons pas payer la dette, et nous allons juste déclencher la loi martiale et devenir un Etat-paria".

C'est ce qu'ils disent. Si tel était le cas, il y aurait probablement un blocus des Etats-Unis, et peut-être même la guerre – ce qui n'arrangerait personne. Il est bien plus intéressant de laisser les gangsters du Federal Reserve Board, tout ce tas d'escrocs et Wall Street tomber en faillite, et alors le Pentagone et les agences du gouvernement recevront des subventions pour utiliser leur technologie secrète et fabriquer des produits. OK ? Afin de remonter l'économie américaine.

Pour raisons de sécurité, les militaires US ont leur mot à dire sur des milliers de brevets. Ces brevets peuvent conduire à fabriquer des produits qui seront une bénédiction extraordinaire pour les Etats-Unis.

Vous savez, [inaudible], il est très important que vous compreniez que tout tourne autour du Federal Reserve Board, et autour du petit groupe de familles qui le possèdent et qui ont lavé le cerveau d'une grande partie du public américain. Cela ne concerne pas les Etats-Unis d'Amérique, nous n'agissons pas contre l'establishment militaire américain, ni contre l'establishment de la défense.

KC : OK. Donc, vous dites… vous dites en gros qu'on peut faire une distinction, d'une certaine manière, entre… vous suggérez avoir dit qu'on pourrait allouer de l'argent au gouvernement constitutionnel, après ce... cette récession. Qui va rendre cet argent disponible ?

BF : Eh bien, les Japonais certainement et les Chinois probablement, et puis un grand nombre d' autres pays, qui aimeraient voir les bons vieux Etats-Unis d'autrefois refaire surface. Vous avez ainsi des gens qui veulent entraîner avec eux vers le fond l'ensemble des Etats-Unis, mais il n'est pas nécessaire de les laisser faire. Après l'effondrement du Federal Reserve Board, il y aura un vaste plan Marshall pour toute la planète – y compris pour les Etats-Unis. Cela sera donc une extraordinaire bénédiction pour tout le monde, dès qu'on aura éliminé du système ces parasites.

C'est comme dans ce film où les aliens s'infiltrent dans le corps des gens – The Invasion of the Body Snatchers (L'invasion des profanateurs de sépulture) ? Le cerveau du corps politique américain a été envahi par une source alien et ils détruiraient les Etats-Unis. Et nous essayons de les faire sortir de votre cerveau et, savez-vous, de ramener les Etats-Unis à ce qu'ils sont censés être : une démocratie constitutionnelle.

KC : D'accord. Mais… mais ces gens qui… qui dirigent les Etats-Unis, sont en réalité les Illuminati, de ce point de vue. Et je ne les imagine pas disparaître dans la nuit, en douce. Je les vois plutôt chercher la bagarre.

BF : Eh bien, oui, ils vont chercher la bagarre, mais il y a une énorme faction, chez les Illuminati, qui nous soutient.

KC : D'accord.

BF : En gros, nous avons le Vatican, nous avons la BRI, et beaucoup de gens au Pentagone et dans le gouvernement US qui soutiennent cette idée.

Donc, nous avons affaire à la Société Thulé et aux Nazis, à cette faction-là. Pas à l'ensemble des Illuminati.

Et puis, bien sûr, il y a le reste du monde. Parce que, rappelez-vous, j'ai annoncé que je vis en Asie. Les Illuminati sont principalement un concept de Blanc – un concept Européen, Nord-Américain.

Et maintenant ils ont corrompu et fait chanter de nombreux dirigeants du monde entier, mais on est arrivé à un stade où tout peut basculer, où ils ne peuvent plus les intimider et, donc, ils se sont faits tellement d'ennemis qu'il ne leur reste plus vraiment de soutien.

Ils continuent à faire chanter beaucoup de gens, mais il se produit maintenant un effet boule de neige, et c'est impossible à arrêter.

KC : OK. Bon, à un moment vous disiez que… je devine que les forces orientales, dont vous faites plus ou moins partie en ce moment… une sorte de… je ne sais pas comment vous appelez ça, que ce soient les Chinois, la Mafia ou les sociétés secrètes…

BF : OK.

KC : …ou quoi que ce soit. Mais principalement…

BF : …OK…

KC : …vous disiez qu'ils éliminaient certains dirigeants si certaines choses ne se produisaient pas. Est-ce que…

BF : OK. Tout d'abord, c'était ma première suggestion, mais… il faut que vous compreniez qu'une Triade, ou une société asiatique, c'est comme une chambre de commerce. Ils ne font pas de choses illégales. Mais en cas d'urgence, les gangsters obéiront à la chambre de commerce, mais ils ne le feront pas si c'est illégal. Un peu comme la Mafia, quand elle a aidé le Pentagone pendant la deuxième guerre mondiale. Donc éliminons toute [idée d'une] association de gangsters, et vous comprendrez ce qu'il en est.

Et ce qu'il faut que vous sachiez, c'est que depuis ma première rencontre avec ces gens, beaucoup d'autres groupes ont surgi. Et maintenant, je fais partie de ce qu'on appelle la Société du Dragon Noir – à ne pas confondre avec la Rouge et la Verte. C'est un peu une sorte de filiale occidentale et japonaise – indépendante, mais fonctionnant à égalité et en partenariat avec les Chinois. Mais ce n'est pas une organisation chinoise. C'est international. Nous avons des membres en Europe, en Amérique du Nord, dans le monde entier, et il n'y a que deux vraies règles. La première, c'est que vous acceptez de travailler pour un but commun. Et la seconde c'est que, si quelqu'un vous attaque, on vous fournira une protection.

Et maintenant tout ce que nous voulons faire, c'est nous mettre en campagne pour éliminer la pauvreté, faire cesser la destruction de l'environnement, et développer les technologies qui ont été confisquées à la plus grande partie de la race humaine par une élite qui voulait les garder pour elle.

Voilà, c'est tout. C'est très simple. Et nous voulons aider le people américain. Nous voulons… voyez-vous… il y a environ 6 000 milliards de dollars qui attendent d'être investis dans de la technologie ou des produits américains, dès que ces gens de la Fed auront libéré le passage.

Donc, comprenez-le bien : il ne s'agit pas des Etats-Unis, il s'agit d'un groupe de criminels qui ont détourné votre système financier. C'est tout.

KC : OK. Et en ce qui concerne l'idée qu'une partie de l'or pourrait être du tungstène ?

BF : Eh bien, j'entends maintenant parler de ça par différentes sources, y compris par le MI6 [les services de renseignements extérieurs du Royaume Uni, NdT], le gouvernement chinois, et bien sûr, par seulement quelques personnes sur le Net. Il y a une bataille en ce moment sur les marchés des contrats à terme, avec des gens qui essaient de couler la Fed en achetant de l'or de cette manière, et en en demandant la livraison physique.

Et apparemment on a présenté aux gens beaucoup de tungstène… enfin, vous savez, plaqué or, en leur disant "Voilà ce qu'on va vous livrer", mais il s'agissait d'augmenter le ratio d'endettement sur les marchés à terme. Et maintenant, tout est testé et on a découvert qu'ils mentaient et qu'ils ne peuvent pas honorer leurs contrats. Ils ont promis de livrer de l'or, et ils en sont incapables.

Donc ils vont se retrouver en gros isolés du système financier mondial, comme s'il s'agissait d'une maladie grave.

Mais oui, les gens de la Fed – Fort Knox mériterait apparemment d'être renommé Fort Tungstène.

KC : OK, mais…

BF : Et la Banque d'Angleterre était également dans le coup.

KC : OK. Qui est donc maintenant en possession de ce prétendu tungstène plaqué or, et quelle en sera la conséquence sur le marché, et sur le prix de l'or, à votre avis ?

BF : Eh bien, les Chinois m'ont dit qu'ils n'en avaient pas acheté. Ils sont bien trop malins. Ils testent toujours tout ce qu'ils achètent, parce que leur pays est rempli de contrefaçons, depuis des milliers d'années, donc, voyez-vous, ils sont très prudents.

Je ne sais pas. Vous savez, je pense que pour une grande part ce sont des contrats à terme où, quand le contrat vient à échéance, le gars dit "OK, je vais vous payer". Mais il ne peut pas le faire. Donc, il s'agit de gens qui attendent la livraison d'or physique pour leurs contrats à terme, et qui finalement se rendent compte que ceux qui leur ont promis la livraison n'ont pas d'or.

Donc, vous pouvez avoir des informations plus précises en demandant à ces débiles de la finance de chercher dans les renseignements et les données des contrats à terme… Vous savez, qui a de l'argent se fait dépouiller, qui n'en a pas vend des produits qui ne lui appartiennent pas.

KC : OK. Mais pour commencer, pensez-vous que le tungstène appartient à un pays – ou à un groupe – en particulier ? Question numéro un…

BF : Eh bien…

KC : … et ensuite, est-ce que vous pensez que cela va affecter le prix de l'or, une fois que ce sera vraiment découvert ?

BF : OK. Eh bien, ça pourrait affecter le prix de l'or. Le problème, en fait, c'est quelque chose dont vous n'avez peut-être pas conscience : il y a un autre facteur ici. Quelque chose de connu sous le nom d'"or noir".

Autrement dit, il existe une énorme quantité d'or conservée hors marché par les Rothschild et les gens de la Fed, parce qu'ils perdraient leur pouvoir si cet or était accepté officiellement. Donc la vieille Famille Royale possède beaucoup d'or ; selon de nombreuses sources, il y a apparemment beaucoup d'or planqué aux Philippines. Autrefois ils n'acceptaient que l'or revêtu d'une marque donnée, provenant d'une raffinerie donnée. Et ils vous arrêtaient si vous essayiez d'acquérir tout autre or, même si c'était de l'or véritable.

Je me souviens qu'un certain nombre de gens se sont fait arrêter, il y a 20 ou 30 ans, parce qu'ils faisaient entrer au Japon de l'or des Philippines. Donc quand l'or noir sera autorisé sur le marché, cela signifiera que… qu'un groupe veut garantir le dollar par de l'or. Tous les dollars émis jusqu'à septembre seront garantis par 1/28ème de gramme [env. 0,036 g] d'or selon le plan de ce groupe précis.

Et cela parce que 90% de tous les dollars émis appartiennent à des non-Américains. Et ils ne tiennent pas à ce que ces dollars deviennent du papier sans valeur.

Donc, même si le dollar US actuellement produit par la Fed se dévalue au point de ne valoir que quelques cents, les gens qui possèdent de l'or, des dollars honnêtement fabriqués et gagnés, vont se voir offrir cette chance. Aucun accord définitif n'a encore été conclu à ce sujet, mais des négociations sont en cours.

KC : OK, mais nous ne pouvez pas nommer les gens qui détiennent, pour ainsi dire, cet or noir?

BF : Je sais qui ils sont, mais non, je ne peux pas les nommer. Parce que beaucoup d'entre eux se feraient tuer. Donc ils essaient de rester anonymes… pour des raisons très valables.

KC : OK, mais vous êtes en train de suggérer qu'ils veulent principalement garantir le vrai dollar, après la chute du dollar, et c'est comme si, avec cet or noir… comme s'ils sortaient de l'ombre avec cet or noir.

BF : Eh bien, [c'est vrai pour] les dollars vendus dans le monde jusqu'à 2008. [Pour] tout le reste, après cette date, pas question. Et ensuite ils changeraient probablement son nom pour en faire une nouvelle monnaie. Mais, vous savez, il ne s'agit là que de la proposition d'un seul bord. La position des Chinois semble être – et je tiens ça de bonnes sources, en relation directe avec le Politburo – qu'ils ont maintenant rendu le renminbi [le yuan renminbi, nom officiel de la monnaie chinoise, NdT] convertible avec la plupart des monnaies du monde, à l'exception de l'euro et du dollar.

KC : Pourquoi à l'exception de l'euro ?

BF : Eh bien, parce que c'est lié à la question de savoir qui contrôle le système financier. Voyez-vous, ils n'acceptent toujours pas que le renminbi soit convertible, qu'il soit changé en dollars ou en euros. Vous savez, le seul…

KC : OK, donc vous suggérez qu'ils…

BF : … à être convertible, c'est le dollar de Hong-Kong, mais maintenant, voyez-vous, les Saoudiens, les Japonais, les Russes, les Sud-Américains, presque tout le monde commerce directement avec la Chine en utilisant sa monnaie locale, et le renminbi. Autrefois il fallait passer par le dollar US, pour… passer du, disons… vous savez, du riyal saoudien, au renminbi. Maintenant ils le font directement, sans intermédiaire. Donc ils contournent tout simplement le système financier existant.

KC : Je comprends. Donc, vous voulez dire que l'Union Européenne refuse de faire ça ? Donc le refus vient des gens qui gèrent l'Union Européenne et, par conséquent, l'euro n'entre pas dans ce système ?

BF : C'est une question de pouvoir, voyez-vous. Les gens de l'Union Européenne, ils avaient prévu de… je veux dire, je pense qu'ils ont volontairement fait imploser les marchés financiers US. Ce n'était pas un accident.

Mais ils voulaient créer le problème, et leur solution, c'était de transformer le FMI en une sorte d'institution financière mondiale, et d'émettre ces fameux droits d'emprunt spéciaux (special borrowing rights).

KC : D'accord.

BF : Le problème avec le FMI, c'est que, par exemple, la voix de la Belgique compte plus que celle de la Chine. Donc le reste du monde dit : "NON. Nous savons que vous êtes à l'origine du problème, mais nous n'allons pas accepter votre solution".

Et l'autre problème, c'est que de nombreux pays de la zone euro, par exemple l'Italie, l'Espagne et la Grèce… apparemment l'Allemagne n'accepte plus les euros émis par les Italiens, les Espagnols ou les Portugais, par exemple. Donc l'euro lui-même pourrait se diviser. En d'autres termes…

KC : C'est une dynamique intéressante, cette histoire d'euro qui se divise.

BF : Oui. Si vous voulez avoir une idée plus précise des choses, regardez simplement quels pays sont depuis longtemps en état de déficit chronique, par rapport aux autres.

En d'autres termes, quels pays se contentent d'imprimer de la monnaie, pour acheter des produits au reste du monde ? Alors vous pourriez voir où se concentre le problème. Vous verrez qu'il s'agit de l'Angleterre, des Etats-Unis et des pays méditerranéens.

KC : Mm.

BF : D'une manière générale, vous savez, ces pays ne produisaient rien. Ils se contentaient de fabriquer du papier.

KC : Et c'est pourquoi… pourquoi pensez-vous que, par exemple, l'Allemagne ne veut plus faire affaire avec… ni accepter ces euros-là ?

BF : Soutenir ces pays leur coûte quelque chose comme 40 milliards d'euros par an. Et les macro-statistiques, dans leur ensemble, indiquent quelque chose de ce genre.

KC : C'est sûrement un petit peu plus complexe que ça. Est-ce que ça signifie que, par exemple, l'euro italien n'est pas garanti par la même quantité d'or que l'euro allemand ? Je veux dire : sur quoi est-ce que c'est fondé ?

BF : Eh bien, vous savez, il n'était pas garanti par de l'or. Je veux dire qu'à l'origine vous garantissiez l'euro en fonction de la qualité réelle de votre économie – c'est-à-dire avec vos usines, avec votre production agricole – et dans des pays comme l'Allemagne et le Japon, où ils subissent une hyperinflation ? Les banques centrales font très, très attention à ce que leur monnaie soit garantie par une authentique activité économique.

Mais les Etats-Unis, l'Angleterre, et les pays de l'Europe du Sud ne soutenaient pas leur monnaie nationale par une authentique activité économique.

Donc il n'est pas nécessaire de [garantir le dollar par de l'or] [(?)inaudible], mais il faut le soutenir par quelque chose de réel. Vous savez, cela pourrait être du blé, du chocolat, n'importe quoi de concret. Pas seulement une illusion, comme celle qu'ils ont essayé de faire gober aux gens.

KC : OK. Bon, pour revenir à la situation américaine, nous entendons dire qu'il pourrait y avoir de fausses nouvelles comme quoi le dollar est sur le point de s'effondrer et qu'en fait, en réalité, le dollar va en vérité remonter.

Avez-vous entendu parler de ça – de ce type d'information ?

BF : Eh bien, une fois de plus, cela dépend de la façon dont les choses vont se terminer. S'ils acceptent la proposition du dollar garanti par de l'or, alors le dollar va monter. Mais une grande partie des produits dérivés et de la monnaie créée frauduleusement seront simplement effacés des registres.

Donc, en d'autres termes, tous ceux qui possèdent des dollars gagnés par du vrai commerce, en vendant de vrais produits, vont voir le dollar monter. Et tous ces milliers, et peut-être même ces millions, de milliards de dollars générés par ces fameux produits financiers, qui sont frauduleux, ne vaudront plus rien.

KC : OK. Donc, qu'est-ce que…

BF : Donc, ils essaieraient d'éliminer tout ce qui est frauduleux dans le système du dollar, et ensuite ils garantiraient par de l'or tout ce qui est authentique. Et je suppose que le gouvernement américain commencerait alors à émettre des dollars, ou une monnaie gouvernementale, comme ils ont essayé de le faire sous Kennedy, et comme l'a fait Lincoln.

KC : OK. Est-ce que vous êtes au courant du rôle de Goldman-Sachs dans tout ce scénario ?

BF : Eh bien, Goldman Sachs est pour moi d'une certaine façon l'épicentre du mal. Par là je veux dire qu'ils financent le terrorisme, m'a-t-on dit, et qu'ils travaillent pour l'élite. Mais ce que je veux [surtout] dire, c'est qu'à mon avis, il faudra que Goldman-Sachs boive le bouillon. Parce qu'ils ont agi de manière criminelle, vis-à-vis de la plus grande partie de la communauté financière mondiale : ils ont manipulé les marchés, manipulé les monnaies – ils ont fait un tas de choses tout bonnement pas correctes d'un point de vue éthique.

KC : D'accord. Etes-vous conscient qu'ils ont bénéficié de diverses manières de tout ce scénario, tandis que d'autres…

BF : Ils prennent en compte tous leurs bénéfices, qu'ils inscrivent sur les registres, et en ce moment ils prennent aussi en compte toutes leurs pertes, qu'ils enlèvent des registres;

Ce sont eux qui, je crois, étaient impliqués dès l'origine dans l'élaboration de ce krach. Donc, bien sûr qu'ils vont en retirer du profit !

KC : OK.

KC : Mais ce qu'ils ont fait est criminel, et il serait donc normal qu'ils se retrouvent en prison.

KC : OK. Et à propos de cette information que nous avons obtenue sur Skype, et qui raconte en gros que 70 banques vont couler après le 1er janvier ?

BF : Eh bien, ils veulent… voyez-vous, leur plan c'est de faire un remake de 1907, et de provoquer la faillite de toutes les banques, sauf de celles qui leur appartiennent, savez-vous ? Avec, comme conséquence, d'élargir tout simplement leur monopole.

Donc, ou bien ce sont les grosses banques centrales qui boivent le bouillon, ou bien il y aura de nouvelles actions frauduleuses faites sur le dos du peuple américain.

KC : D'accord.

BF : Ce n'est pas de 70 banques dont il faut se débarrasser, mais de 6.

KC : (Rires)

BF : Les grosses.

KC : Vous parlez des plus importantes.

BF : Je parle de celles qui sont propriétaires du Federal Reserve Board.

KC : D'accord.

BF : Je parle de celles qui ont créé ces produits financiers frauduleux, qui ont engrangé des profits astronomiques et qui, quand les choses ont mal tourné, sont allées dissimuler toutes leurs pertes dans les Iles Caïmans.

KC : OK.

BF : Vous savez, ils utilisent deux types de registre. Et s'ils ne satisfont pas aux normes Bâle II, ça signifie qu'ils ont deux jeux de livres comptables : les pertes sur l'un, les bénéfices sur l'autre.

KC : OK. Pensez-vous que la prise de possession par les Chinois de l'or qu'ils sont en fait en train d'acquérir en ce moment, est…

BF : Bon, les Chinois ne sont toujours pas convaincus que cet or existe, d'accord ? Ils vont le tester, le vérifier et s'assurer avant de le prendre qu'il n'y a pas d'arnaque. Donc c'est ce qui est en train de se négocier en ce moment même.

KC : OK…

BF : Ils doivent s'assurer que cet or existe, avant de donner leur accord. Voilà leur situation.

KC : Mais…

BF : Maintenant, ce que je voudrais également dire sur les Chinois, c'est qu'ils parcourent le monde, et viennent en aide aux pays pauvres, en les aidant à se développer, et en essayant d'être polis et de faire le bien.

Les Américains ont tué 1 600 000 personnes en Irak. Ils tuent des gens au Pakistan et en Afghanistan, tout en encourageant l'industrie de la drogue – ils se sont fait voler le pouvoir par des gangsters. Considérez seulement ce qu'ils font, pas ce qu'ils disent.

Et je veux voir la civilisation occidentale montrer le bien qu'elle peut faire, une fois qu'ils se seront débarrassés de ces gangsters, qui ont pris le contrôle du cœur de leur système.

Nous pouvons être meilleurs que les Chinois, si nous le voulons.

KC : OK. Et en ce qui concerne cette histoire de grippe porcine, et aussi : que se passe-t-il en Ukraine ?

BF : Eh bien, ce sont eux, vous savez, qui font leur numéro : qui essaient de menacer et…

KC : Bon, quand vous dites : "Ce sont eux", ce sont avant tout les Illuminati, ce sont eux qui sont derrière ça ?

BF : Bon, OK, c'est la Société Thulé. Ce sont les propriétaires des laboratoires pharmaceutiques, des compagnies pétrolières et des entreprises militaires.

Donc, il faut se rappeler que les Illuminati ne forment plus un bloc monolithique. Il faut bien séparer certains groupes de ploutocrates Nazis eugénistes d'autres groupes qui trouvent ça vraiment épouvantable. Donc un grand nombre de gens chez les Illuminati nous aident en ce moment même.

KC : OK, quelles factions des Illuminati nous aident ? Pourriez-vous donner le nom d'une faction précise ?

BF : Eh bien je pense que le Vatican est maintenant du bon côté, et cela suggère que…

KC : Qu'est-ce qui vous fait croire ça ? Parce que, pour être franche, je trouve ça très discutable.

BF : Eh bien ils m'ont envoyé Leo Zagami pour en parler et lui, apparemment, est sorti de l'ombre, il a raconté beaucoup de choses vraies, ensuite ils lui ont pris son enfant, et les Jésuites l'ont forcé à dire tout un tas de trucs bizarres et idiots, de façon que les gens ne le croient plus du tout, mais je l'ai trouvé tout à fait crédible.

Après ça j'ai eu des contacts avec des banquiers du Vatican et beaucoup d'autres gens, et on dirait qu'ils apportent maintenant leur soutien – mais une fois de plus, je ne le croirai que lorsque je les verrai agir, OK ?

Les pourparlers actuels sont en leur faveur, OK ? Mais, une fois de plus, c'est ce qu'ils feront qui prouvera d'où ils sortent.

KC : OK, bien, il faut que je dise que Project Camelot a interviewé Leo Zagami, il y a un certain temps déjà. Il est très clair qu'après ça, il a été complètement récupéré. Il a été ramené sous la férule des Illuminati et, il est évident, quand vous le rencontrez, qu'il a été programmé au énième degré. Et il m'avait en fait appelée personnellement pour me dire qu'on le torturait.

Donc il faut que je vous dise que tout ce qu'il a pu vous raconter est nécessairement suspect.

BF : C'est vrai. Je veux dire, je ne crois pas sur parole ce qu'il m'a dit. En fait, ce sont plutôt les autres gens avec lesquels j'ai été en contact depuis qui disent que, c'est vrai, on le considère comme "grillé", même dans ce groupe-là. Mais il s'agit d'un banquier du Vatican, et de deux ou trois autres personnes qui semblent correctes.

Mais, encore une fois, ils ont réellement arrêté les gens du Federal Reserve Board en Italie, avec 134,5 milliards de dollars en titres. C'était une manœuvre de la Fed américaine – une tentative qui avait pour but de causer des problèmes financiers. Et elle a été déjouée par le Vatican, OK ? Donc ils se sont montrés sous un jour favorable en faisant une seule bonne action. Jusqu'à présent.

KC : OK. Où avez-vous obtenu cette information ?

BF : Maintenant, des gens que je crois être généralement du bon côté, ce sont les Suisses.

Et j'ai toujours pensé que la BRI, la Banque des Règlements Internationaux, était au cœur des ténèbres. Et elle n'appartient à aucun gouvernement, c'est vrai. C'est une espèce d'organisation ultra-secrète, mais ce sont eux qui sont à l'origine du fameux accord Bâle II qui oblige tous ces gens à inscrire sur leurs registres comptables leurs valeurs toxiques.

Et autrement les Suisses ont toujours eu la Croix Rouge. Et je pense qu'au cours des années la Croix Rouge s'est toujours montrée neutre, par ses actes, et elle a toujours aidé les blessés, en bonne organisation.

Donc ce que j'entends dire actuellement c'est que la Reine d'Angleterre, la Banque d'Angleterre, les Rothschild, Papa Bush et les gens de la Fed, qui ne veulent pas perdre l'immense pouvoir qu'ils tiraient de leur capacité à battre monnaie à partir du vent, sont essentiellement ceux qui font obstacle à la paix mondiale.

KC : OK. Mais que proposez-vous pour vraiment éliminer cette menace ? Selon vous comment vont-ils se faire dépouiller de leur puissance en Amérique ?

BF : Allez juste à Washington arrêter environ 200 personnes, et ça y est, le tour est joué. Fin du problème.

KC : OK, mais vous parlez de notre gouvernement. Vous parlez d'une sorte de coup d'état au sein de notre gouvernement, comme si cela pouvait fondamentalement se produire.

BF : Oui, parce qu'il faut que vous compreniez que ce ne serait pas un coup d'état dans la mesure où, savez-vous, votre démocratie vous est confisquée depuis 2000. Et donc, ce serait une question de…

KC : Eh bien en fait je dirais que notre démocratie nous est confisquée depuis la mort du Président Kennedy.

BF : Sans aucun doute. Mais les choses sont devenues vraiment moches à partir de 1985, quand George Bush Père est devenu vice-président.

Mais le fait est qu'arrêter ces gens serait un acte tout à fait légal. Parce qu'ils agissent contre la constitution, et qu'ils n'ont pas été élus démocratiquement. Donc, ce ne serait pas un coup d'état contre le gouvernement démocratiquement élu, ce ne serait pas anticonstitutionnel.

KC : Je comprends. Mais les gens que vous leur suggérez d'arrêter seraient l'administration actuelle ?

BF : Eh bien il s'agirait de George Bush Junior, Obama, de trois membres de la Cour Suprême, et d'à peu près la moitié du Congrès et du Sénat.

KC : (Rires)

BF : Principalement.

KC : OK. Je comprends ce que vous ressentez, mais est-ce que ça n'est pas un petit peu irréaliste ?

BF : Eh bien attendez donc de voir ce qui va se passer en janvier, et nous verrons.

KC : OK. Mais qui avant tout voyez-vous prendre ça en main ?

BF : Eh bien j'espère que ce sera le Pentagone, les agences à nom alphabétique et les patriotes de ces différentes organisations.

Et comme ils ne s'inquiètent que de leurs fins de mois, nous leur disons : "Nous vous paierons vos traitements dès que vous nous aurez débarrassés de ces ordures", savez-vous ?

KC : OK. Et les gens dont vous dites qu'ils vont essentiellement "payer leurs fins de mois", ce sont les Chinois ?

BF : Non, pas les Chinois. Le monde entier.

KC : Comment est-ce que… OK, quel est le rôle du monde entier dans cette histoire ?

BF : Eh bien, c'est simple. Nous disposons de cette énorme machine militaire. Et nous avons des gens qui… peut-être qu'ils ne voudraient pas vivre la situation qui a suivi la chute de l'Union Soviétique. Où un général se retrouve tout d'un coup chauffeur de taxi à Londres.

Donc nous leur avons dit : nous allons vous engager dans le cadre d'une espèce de force armée mondiale, pour nous protéger et aider à résoudre les problèmes environnementaux, et pour veiller à la faire évoluer, d'une organisation qui tue et vole au profit des oligarques, à une organisation qui aide la veuve et l'orphelin et de plus explore l'univers, fait de la recherche high-tech, et des choses de ce style. Autrement dit, il s'agit d'une organisation merveilleuse qui a été utilisée pour des horreurs.

KC : OK. Bon, je peux comprendre comment vous voyez les choses, mais je dois dire que ça paraît assez idéaliste et pas très réaliste. Parce que ces gens-là ne vont pas facilement renoncer au pouvoir, donc, autrement dit, cela ne va pas se passer sans effusion de sang.

BF : Eh bien, c'est déjà le cas. Vous savez, nous veillons au grain. Le Federal Reserve Board va tomber en faillite, et une fois qu'ils n'auront plus d'argent pour payer les gens, savez-vous, ça va… on verra ce qui se passera. Les mercenaires ne restent mercenaires que tant qu'ils sont payés.

KC : OK. Donc vous pensez que les forces armées vont se révolter contre le…

BF : J'espère qu'ils le feront. Je ne sais pas. Je veux dire, je ne… je ne suis pas sur place.

KC : Bon, est-ce que vous avez une idée des choses ? Je veux dire, en espérant… ça semble… J'apprécie ce que vous essayez de faire…

BF : D'accord. J'ai un contact à la CIA, représentatif de la faction high-tech -- genre vaisseau Starship Enterprise -- du Pentagone et des agences. Et ils donnent l'impression de désirer nous accompagner dans nos plans.

KC : OK. Et quand vous dites :"nos plans", qui…

BF : Et ensuite, j'ai des gens du MI6, et aussi toute cette faction, liée aux Britanniques, qui soutiennent nos projets.

KC : OK.

BF : Donc certaines personnes puissantes, appartenant à votre establishment, qui travaillent avec nous.

KC : Quand vous dites…

BF : Et ensuite j'ai de mon côté tous les théoriciens du complot qu'on voit sur Internet, vous savez, Alex Jones et Jeff Rense, et vous autres, tous ces autres gens qui, je crois, soutiennent également cette idée.

KC : Bon, certainement. Mais quand vous dites "notre idée", et que vous dites "notre", est-ce que vous parlez uniquement de cette Société du Dragon Noir dont vous êtes membre ? Ou bien parlez-vous d'un groupe plus important ?

BF : Bon, écoutez. Je pense qu'il s'agit en fin de compte des habitants de la planète Terre. Je veux dire, vous allez dans la rue et vous demandez à quelqu'un pris au hasard : "Etes-vous pour la paix dans le monde ?" Il vous répondra probablement oui. "Croyez-vous que nous devrions faire campagne pour éliminer la pauvreté ?" Il vous répondra probablement oui.

Et si vous lui demandez : "Si tout un ensemble de technologies fantastiques vous avaient été dissimulées et que nous allions vous les apporter, est-ce que vous voudriez que cela se fasse ?" Il vous répondra probablement oui.

Donc j'en déduirais que probablement 99% de l'humanité soutiendraient ce que nous sommes en train de faire – s'ils le comprenaient.

KC : OK. Mais pensez-vous que, par exemple, les gens qui sont au pouvoir en Chine vont réellement rendre l'énergie libre disponible pour leur propre peuple ? Est-ce que c'est là votre philosophie ?

BF : Eh bien, le problème avec l'énergie libre, c'est qu'il faut faire les choses de façon à ne pas créer de troubles à l'ordre public. Tenez, par exemple, il y a tous les gens qui travaillent dans le secteur pétrolier, ces gens [inaudible] nous ont contactés et nous ont dit, avec beaucoup de bon sens : "Nous ne voulons pas retourner garder les chameaux".

Donc l'idée serait de commencer par utiliser ces technologies pour faire, par exemple, reverdir les déserts. En d'autres termes, ne détruisez pas ce qui existait avant. Construisez simplement du neuf autour de l'ancien.

Comme par exemple, au lieu de détruire le centre de Paris pour construire des gratte-ciel, vous créez tout un nouveau quartier de tours, et laissez le centre de Paris tel quel.

Donc il ne s'agit pas de prendre aux riches pour donner aux pauvres. Il s'agit de rendre chacun plus riche. Il s'agit de le faire sans que personne n'y perde. Il y aura tant de gâteau à se partager que chacun va se rendre compte à quel point on a été stupide de supprimer ça si longtemps.

KC : OK. Bon, je suis sans aucun doute d'accord avec cette philosophie. Mais ce que j'essaie de dire ici, c'est que l'énergie libre, et les nouvelles énergies, si vous voulez, sont séquestrées dans chaque pays par les pouvoirs en place. Et cachées aux gens.

Et donc vous proposez un raz-de-marée de changements qui impliqueront le gouvernement de pays comme le Japon, comme la Chine, et d'ailleurs, même le reste du monde.

En ce moment, il y a des gens dans d'autres pays, y compris l'Australie et ailleurs, qui créent des appareils à énergie libre ou des appareils sur-unitaires, comme ils les appellent, etc., et ces gens sont pour la plupart mis au secret, emprisonnés, enlevés ; ils sont…

BF : Oui, je sais. Mais pendant même que nous en parlons, nous construisons des usines, OK ? Les choses ont déjà commencé.

KC : Quand vous dites "nous", vous parlez de qui ?

BF : Du Japon, des Japonais, et savez-vous, c'est en train de se passer. On ne pourra pas l'arrêter.

KC : OK.

BF : Nous devons seulement nous assurer que nous ne provoquons pas de troubles sociaux, ou que nous ne créons pas une grande frange de démunis qui ensuite nous en voudront.

Il faut donc le faire de manière à ce que tout le monde puisse y trouver son compte – y compris les pétroliers et les militaires, et tous les autres. [Inaudible]

KC : OK. Bon… Benjamin, comment voyez-vous 2012 ? Voyez-vous d'éventuels bouleversements sur Terre ?

BF : Eh bien, je pense que nous devrions faire de cette date-là une grande fête, et en garder la trace comme d'une nouvelle façon, comme d'un nouveau départ pour la planète Terre. Mais est-ce que je crois que le ciel va s'ouvrir en deux et que des ovnis longs de plusieurs kilomètres vont se montrer et d'autres trucs de ce genre ? Et bien, je le croirai le jour où je le verrai.

KC : En fait, je vous demande votre avis sur les changements physiques de la Terre. Parce qu'il se trouve que vous êtes au Japon. Et si vous prêtez attention à ce qui va se produire au niveau de l'alignement des planètes, du centre galactique, de l'énergie qui en découlera, de l'activité solaire, et aussi de cette autre énergie provenant de la partie de l'espace dans laquelle nous entrons et qui va apparemment affecter notre planète très directement, à mesure que nous nous rapprochons de 2012, et qui pourrait affecter certains pays, comme le Japon particulièrement, et modifier le tracé des côtes, etc. Est-ce que vous adhérez à cette façon de voir les choses ?

BF : Ecoutez. J'ai étudié l'aspect scientifique et tout le reste, et je le croirai quand je le verrai. Mais si on se contente de… s'ils se contentent de nous menacer d'utiliser HAARP [High-frequency Active Auroral Research Program, un programme scientifique et militaire américain, NdT], eh bien on a déjà vécu ça. J'en ai déjà parlé. Il y a déjà eu tant de rumeurs alarmantes...

KC : OK. Et le gouvernement japonais alors ?

BF : …au cours de l'Histoire. Vous savez, il y a eu tellement de fois où on a pensé que le monde arrivait à sa fin, et où ça n'a pas été la fin...

Je crois que nous autres les humains devons tout faire par nous-mêmes. Je ne vais pas attendre les bras croisés l'arrivée des bouleversements terrestres, ou des changements galactiques, ou les ovnis. Je dis : faisons tout nous-mêmes. Nous avons maintenant les moyens technologiques de vivre éternellement, et nous avons ceux de vaincre la pauvreté, nous savons comment arrêter la destruction de l'environnement. C'est juste une question d'organisation de la société. Ça n'est plus un problème technique. C'est un problème politique.

Donc je ne vais pas attendre sans rien faire les changements galactiques, ni les aliens, ou un moyen de remettre la planète en état. Ça, nous pouvons le faire nous-mêmes.

KC : D'accord.

BF : Et si quelque chose se produit, alors nous nous en occuperons quand ça arrivera.

KC : Je comprends. Je me demandais seulement si certains des contacts que vous avez dans le gouvernement japonais ou dans les sociétés secrètes sont un tant soit peu concernés par les éventuels bouleversements physiques qui pourraient se produire sur cette planète au cours des deux prochaines années.

BF : En ce moment la grande théorie ici, c'est que l'establishment secret américain a planifié un faux Armageddon. OK ?

Le renseignement le plus récent que nous ayons, c'est que Bush et ces gens-là vont fabriquer un faux Armageddon, le Projet Blue Beam, en utilisant leurs machines à hologrammes, et leur HAARP et, savez-vous, ils vont se servir de…

KC : Eh bien, en réalité… OK. Je comprends ça. Mais alors, si vous parlez d'Armageddon, et vous en avez en fait parlé à Leo Zagami, la seule chose qu'il nous ait dite, c'est que ce sont en réalité les Illuminati et le Vatican qui vont militer en faveur du scénario Armageddon.

BF : Eh bien, nous leur avons dit, tout à fait clairement, que s'ils croient vraiment, réellement, qu'il va s'agir d'une sorte d'énorme moisson d'âmes, alors il va falloir qu'ils prouvent leur sincérité en acceptant d'être en première ligne.

Et quand je leur ai signalé ça de cette manière-là, ils m'ont répondu : "Mm hum. Eh bien, ça pourrait être un problème." (Rires), savez-vous ?

KC : (Rires)

BF : Les choses sont différentes quand vous tuez des gens à la peau brune à l'autre bout du monde, de ce qu'elles sont quand c'est votre famille ou vous-même qui mourrez. Mais ils m'ont raconté qu'ils avaient un plan pour manipuler l'Histoire jusqu'à 2012… mais qu'ils ne savaient pas ce qui se passerait après ça, mais cette faction-là, la Société Thulé, c'est-à-dire les Nazis… voulaient tuer un paquet de gens, implanter des micro-puces dans les survivants, commencer un Reich de mille ans et créer une race de surhommes, vous savez, de même qu'une classe de sous-hommes pour les servir.

KC : Oui, vous avez à peu près tout bon.

BF : Eh bien, nous n'avons pas l'intention de les laisser faire ça, savez-vous ? Nous sommes en train de faire tout notre possible.

KC : Je comprends. Bill Deagle dit qu'une de leurs plus importantes usines de création de ces surhommes, en fait des androïdes, ou des cyborgs si vous préférez, c'est-à-dire une race de robots, est située sous terre, quelque part en Chine. Avez-vous entendu quelque chose à ce sujet ?

BF : Non, mais les Chinois m'ont effectivement raconté qu'on leur avait fait faire un tour des bases souterraines américaines. Ils ne veulent pas me dire ce qu'ils ont vu là-bas, mais ils ne croient pas que ça va être la fin du monde.

KC : OK. Bon, je ne crois pas non plus moi-même en fait que ça va être la fin du monde. Et je pense que la plupart des gens s'accorderaient pour dire que le monde ne va pas se terminer, mais la question est de savoir si nous allons subir des événements qui vont soit changer la vie telle que nous la connaissons, soit modifier le visage de la planète.

BF : Je le crois, oui. OK. Sans aucun doute.

Un célèbre mathématicien français a prédit le jour de sa mort – vous savez, en faisant des calculs – et quand le jour est arrivé, il a eu tellement peur qu'il s'est suicidé.

KC : (Rires)

BF : Maintenant, je pense qu'on peut faire de 2012 un tournant historique, savez-vous, [inaudible] qu'on n'a pas vu depuis des siècles – si nous le voulons.

Et je dis, oui, allons-y et faisons-le. Je pense que toutes les religions monothéistes souffrent du même problème : elles pensent que le monde va s'arrêter un jour donné. Et donc je dis : d'accord, arrêtons-le une bonne fois, et réinitialisons-le, de façon à éliminer ça de votre système.

KC : Mmh mmh.

BF : Je crois donc que c'est ce qu'il faudrait qu'on fasse. Nous devrions faire de 2012 une date à nous rappeler, mais il faut que ça ressemble à une énorme fête, à des méga-festivités.

KC : OK.

BF : Pas à un genre de massacre de masse. OK ?

KC : Oui, oui ; ça me plaît. OK.

Bon, et cette idée qu'il y a des vaisseaux extraterrestres stationnés tout autour de la planète ? En veille, principalement.

BF : Eh bien, quand je verrai les ET faire du shopping dans les centres commerciaux, et que je serai leur ami, je saurai de façon indéniable qu'ils sont ici, et qu'ils vont faire partie de …

KC : OK. Mais vous personnellement, vous n'avez jamais expérimenté de contact. Est-ce que c'est vrai ?

BF : J'ai beaucoup d'expériences intenses pendant mon sommeil, ou quand je fais du voyage astral. Je vois des choses qui, savez-vous – je pense qu'il me faudrait toute une batterie de super-ordinateurs pour décrire ça. On m'a montré le début des temps, comment les mathématiques de l'univers fondamental… On m'a montré toutes sortes de choses.

Malgré tout ce que je vois, je me retrouve chez moi, à [inaudible], au Japon, dans cette réalité-ci, dans ce monde-ci, avec des tables dans lesquelles je peux me cogner, et de la nourriture que je mange. Savez-vous ?

Donc, quels que soient les événements futurs, je crois que nous devons régler ça ici-même, sur cette planète. Je ne vais pas attendre les bras croisés que des ovnis géants apparaissent dans le ciel. Si ça se produit, très bien, ça sera merveilleux. Mais je crois que tout dépend de nous.

KC : OK.

BF : Nous sommes ce que vous pourriez appeler le tranchant du ciseau, ou la pointe du diamant. Et, quoi qu'il arrive, je pense que toutes les différentes lignes temporelles se concentrent sur nous.

Donc nous sommes comme… la pointe… la singularité à l'origine d'une sorte de big bang. Tel est, je crois, notre potentiel.

KC : OK. Bon, merci Ben. C'est en réalité une noble philosophie, et j'apprécie que ce soit votre point de vue.

BF : Quoi qu'il en soit, faisons…

KC : Quelques mots encore, pour finir, sous forme de mise au point ? Ce que vous voulez communiquer au public ? Parce qu'en cette période notre audience est tout à fait conséquente. Donc beaucoup de gens entendront ceci.

BF : Eh bien, j'aimerais dire que les habitants de la planète Terre veulent aider les Américains à se sortir de ça, avec le moins de heurts possible, et une fois qu'ils se seront débarrassés de la Fed… se débarrasser de la Fed [évitera à] chaque homme, femme ou enfant des Etats-Unis [d'avoir à payer] au minimum 10 millions de dollars. OK ? Voilà mon message final.

KC : OK.

BF : Et le monde entier veut vous aider.

KC : OK. Merci beaucoup, Ben. C'est très bien, et j'apprécie cette mise au point.

BF : Je vous en prie.

KC : OK. Et nous sommes vendredi 20 novembre 2009, Project Camelot. Merci beaucoup.


Cliquez ici pour écouter l'enregistrement audio en version originale

Bill Ryan and Kerry Cassidy
support@projectcamelot.org

http://projectcamelot.org/Benjamin_Fulford_20_November_2009_fr.html

vendredi 19 février 2010

LA VOITURE A L'ENERGIE LIBRE DE NIKOLA TESLA

Au cours de l’été de 1931, le Dr. Nikola Tesla fit des essais sur route d’une berline Pierce Arrow haut de gamme propulsée par un moteur électrique à courant alternatif, tournant à 1.800 t/m, alimenté par un récepteur de l’énergie puisée dans l’éther partout présent.

Pendant une semaine de l’hiver 1931, la ville de Buffalo, au nord de l’état de New York, USA, fut témoin d’un événement extraordinaire. La récession économique, qui avait ralenti les affaires et l’industrie, n’avait cependant pas diminué l’activité grouillante de la ville. Un jour, parmi les milliers de véhicules qui sillonnaient les rues, une voiture de luxe s’arrêta le long du trottoir devant les feux à un carrefour. Un piéton observa cette toute nouvelle berline Pierce Arrow dont les coupelles de phares, d’un style typique de la marque, se fondaient joliment dans les garde-boue avant. L’observateur s’étonna de ce que, par cette fraîche matinée, aucune vapeur ne semblait jaillir du pot d’échappement ; il s’approcha du conducteur et, par la fenêtre ouverte, lui en fit la remarque. Ce dernier salua le compliment et donna comme explication que la voiture ne "possédait pas de moteur".


TESLA
La voiture à énergie libre de Nikola Tesla.


NEXUS N°37 mars-avril 2005 - Par Igor Spajic 2004.

Cette réponse n’était pas aussi saugrenue ni malicieuse qu’il n’y paraissait, elle comportait un fond de vérité. La Pierce Arrow n’avait, en effet, pas de moteur à explosion, mais un moteur électrique. Si le conducteur avait été plus disert, il aurait ajouté que ce moteur fonctionnait sans batteries, sans "combustible" d’aucune sorte. Le conducteur s’appelait Petar Savo, et bien qu’il fut au volant de la voiture, il n’était pas l’inventeur de ses caractéristiques étonnantes. Celles-ci étaient dues à l’unique passager, que Petar Savo désignait comme son "oncle", et qui n’était autre que ce génie de l’électricité : le Dr. Nikola Tesla (1856-1943). Vers 1890, Nikola Tesla révolutionna le monde par ses inventions en électricité appliquée, nous donnant le moteur électrique à induction, le courant alternatif (AC), la radiotélégraphie, la télécommande par radio, les lampes à fluorescence et d’autres merveilles scientifiques. Ce fut le courant polyphasé (AC) de Tesla, et non le courant continu (DC) de Thomas Edison, qui initia l’ère de la technologie moderne.

Loin de s’endormir sur ses lauriers, Tesla continua à faire des découvertes fondamentales dans les domaines de l’énergie et de la matière. Des décennies avant Millikan, il découvrit les rayons cosmiques et fut un des premiers chercheurs sur les rayons X, les rayons cathodiques et autres tubes à vide.

Mais la découverte la plus potentiellement significative de Nikola Tesla fut que l’énergie électrique pouvait être propagée à travers la Terre et autour de celle-ci dans une zone atmosphérique, appelée la cavité de Schumann, comprise entre la surface de la planète et l’ionosphère, à environ 80 km d’altitude. Des ondes électromagnétiques de très basses fréquences, autour de 8 Hz, (la résonance de Schumann ou pulsation du champ magnétique terrestre), se propagent pratiquement sans perte vers n’importe quel point de la planète. Le système de distribution de force de Tesla et son intérêt pour l’énergie libre impliquaient que n’importe qui dans le monde pouvait y puiser, à condition de s’équiper du dispositif électrique idoine, bien accordé à la transmission d’énergie. Ce fut une menace insupportable pour les intérêts des puissants distributeurs et vendeurs d’énergie électrique. La découverte provoqua la suppression de financements, l’ostracisme de l’establishment scientifique et le retrait progressif du nom de Tesla des livres d’histoire. En 1895, Tesla était une superstar de la science ; en 1917 il n’était virtuellement plus rien et dû se contenter de petites expériences dans un isolement quasi total. Avec son étique silhouette dans son pardessus ouvert de style d’avant ’14, il annonçait ses découvertes et l’état de ses recherches aux journalistes lors de conférences de presse annuelles données à l’occasion de son anniversaire. C’était un mélange d’ego et de génie frustré. En 1931, Nikola Tesla eut soixante-quinze ans. Le magazine Times lui fit, dans un rare épanchement d’hommage médiatique, l’honneur d’un portrait à la Une et d’un article biographique. L’ingénieur scientifique vieillissant, dont la maigreur n’impliquait pas qu’il fût malade, avait les cheveux noirs luisants et le regard lointain d’un visionnaire.

Les voitures électriques sombrent dans l’oubli.

Au début du 20ème siècle, l’avenir s’annonçait brillant pour les automobiles électriques. Les visionnaires comme Jules Verne prévoyaient des véhicules pourvus de batteries, mécaniquement simples, silencieux, inodores, faciles à conduire et moins agressifs que les voitures à moteurs à essence.

Pour démarrer ces dernières, il fallait prérégler manuellement l’alimentation et l’avance à l’allumage, pomper l’accélérateur et lancer le moteur à la manivelle. Dans un véhicule électrique, il suffisait de tourner la clef et d’appuyer sur l’accélérateur.

A une époque où les ateliers de réparation étaient rares, les électriciens pouvaient dépanner facilement un simple moteur à courant continu. Il n’y avait pas d’huile à changer, de radiateur à remplir, de pompes à carburant et à eau à nettoyer, de problèmes de carburateur, de pot d’échappement rouillé à remplacer, d’embrayage et de transmission à régler, ni de pollution ! La consommation de graisse et d’huile se limitait aux paliers du moteur électrique et à quelques roulements et articulations de châssis. Les grands magasins utilisaient des camions de livraison électriques. Les médecins commencèrent à faire leurs visites à domicile en "électrique", plus facile à entretenir qu’un boghei et un cheval. Les dames adoptèrent la voiture électrique pour sa facilité de fonctionnement. Comme les batteries limitaient l’autonomie et la vitesse de ces véhicules, ils suscitèrent l’intérêt pour une utilisation urbaine.

Hors des villes, les routes d’Amérique étaient si rudimentaires qu’elles devinrent le domaine réservé des moteurs à explosion, plus autonomes, plus rapides et dont la qualité augmenta rapidement. C’est ainsi qu’une sorte d’âge d’or des voitures électriques perdura en Amérique, alors qu’elles tombaient dans l’oubli dans le reste du monde. Parmi la horde des fabriquants de véhicules électriques, les plus célèbres furent Detroit Electric, Columbia, Baker, Rauch & Lang, et Woods. Ils prospérèrent, dans leurs créneaux commerciaux respectifs, avec une gamme de modèles, souvent élégants et de bon style, de conduites intérieures. Cependant le talon d’Achille de ces automobiles électriques était la faible capacité des batteries de type plomb acide, lourdes et dont le volume était acquis au détriment du rangement de bagages. Le poids nuisait à la maniabilité et à la performance, même par rapport aux normes de l’époque. Les voitures électriques ne pouvaient dépasser les 70 à 80 km/h et de telles vitesses déchargeaient rapidement les batteries ; on ne pouvait maintenir des pointes de 57 km/h que de courts moments et les déplacements se faisaient généralement à 24 à 32 km/h. Il fallait recharger les batteries toutes les nuits et le rayon d’action ne dépassait guère les 160 km. Aucun fabriquant n’avait installé un générateur DC, ce qui aurait apporté un peu de recharge en décélération, augmentant légèrement l’autonomie. Au temps de la gloire d’Edison, des promesses annonciatrices d’une percée novatrice dans le domaine des batteries furent lancées, mais restèrent sans suite. Tandis qu’augmentait la fiabilité et la vitesse des voitures à essence, les électriques perdirent la faveur du public et devinrent l’apanage réputé des gentlemen retraités et des petites vieilles dames. Le démarreur électrique des voitures à essence fut le dernier clou du cercueil de leur consoeurs électriques.

Vint alors Nikola Tesla. Au cours des années 1960, un ingénieur aéronautique, Derek Ahlers, rencontra Petar Savo et se lia d’amitié avec lui. Au fil des dix années de leur relation, Savo parla de son illustre "oncle" Nikola Tesla et de ses exploits des années 1930. (bien qu’il ne fut pas son neveu, Savo le désignait comme son « oncle « car plus jeune que lui). En 1930, Tesla invita son "neveu" à le rejoindre à New York. Savo, qui était né en Yougoslavie en 1899 et était donc de 43 ans le cadet de Tesla, avait été un pilote chevronné dans l’armée autrichienne, accepta avec enthousiasme l’occasion qui lui était offerte de quitter son pays natal, également celui de Tesla. Il partit ainsi pour l’Amérique et s’installa à New York. Ce fut en 1966 que monsieur Savo raconta, au cours d’une série d’interviews, le rôle qu’il joua dans l’affaire de la voiture électrique de Tesla. Au cours de l’été de 1931, Tesla invita Savo à Buffalo, dans l’état de New York, afin de lui faire découvrir et essayer un nouveau type d’automobile que Tesla avait mis au point sur ses propres deniers. Buffalo est une bourgade proche des Chutes du Niagara, où la centrale hydroélectrique AC conçue par Tesla était entrée en service en 1895 ; événement qui avait marqué le sommet de sa renommée dans les milieux scientifiques académiques. Westinghouse Electric et Pierce Arrow Motor Car Company avaient conjointement mis au point cette voiture électrique expérimentale sous la conduite du Dr. Tesla. (Au début du 20ème siècle, George Westinghouse avait acheté les brevets de courant AC de Tesla).

La société Pierce Arrow venait d’être rachetée par la Studebaker Corporation, rendant des fonds disponibles à l’innovation. Entre 1928 et 1933, la compagnie lançait ses nouvelles motorisations huit cylindres en ligne et douze cylindres en V, le modèle futuriste de démonstration Silver Arrow, un design renouvelé de sa gamme et de nombreuses améliorations techniques. La clientèle afflua et Pierce Arrow gagna d’importantes parts sur le marché des voitures de luxe qui connaissait cependant une régression en 1930. Ce climat de confiance fut favorable au développement de projets ambitieux tels que la voiture électrique de Tesla. Tout semblait possible dans l’ambiance à la fois arrogante et naïve qui régnait au sein de la compagnie. Ainsi une Pierce Arrow Eight de 1931 fut choisie pour faire des essais sur le terrain de l’usine à Buffalo. Son moteur à combustion interne avait été déposé, ne laissant que l’embrayage, la boite à vitesses et la transmission aux roues arrières. La batterie standard de 12 volts fut conservée et un moteur électrique de 80 CV fut posé. Habituellement, les voitures électriques fonctionnaient avec des moteurs DC pour pouvoir utiliser le courant continu délivré par les batterie. Il eût été possible de transformer le DC en AC (courant alternatif) moyennant un convertisseur, mais à l’époque cet équipement était beaucoup trop volumineux pour pouvoir être installé dans une automobile. Les voitures électriques avaient déjà vécu leur crépuscule, mais cette Pierce Arrow n’était pas équipée d’un moteur DC mais d’un moteur électrique AC qui tournait à 1.800 t/m. Le moteur proprement dit mesurait 102 cm de long par 76 cm de diamètre, était dépourvu de balais et muni d’un refroidissement à air par ventilateur frontal, et possédait un double câble d’alimentation qui aboutissait sous le tableau de bord, mais sans connexions. Tesla ne voulut pas révéler qui avait construit le moteur mais on pense que ce dût être un des ateliers de Westinghouse. Une tige d’antenne de 183 cm avait été fixée à l’arrière de la voiture.

L’affaire de la "Arrow-Ether". Petar Savo rejoignit, comme convenu, son oncle célèbre et ils prirent le train à New York City pour le nord de l’état du même nom. Pendant le voyage, l’inventeur demeura secret quant à la nature de son expérience. Arrivés à Buffalo, ils se rendirent dans un petit garage où les attendait la nouvelle Pierce Arrow. Le Dr. Tesla ouvrit le capot et procéda à quelques réglages du moteur. Ils rejoignirent ensuite une chambre d’hôtel pour préparer le matériel de l’électricien de génie. Dans une valise, Tesla avait amené 12 tubes à vide que Savo décrivit comme "d’une étrange facture", bien qu’au moins trois d’entre eux aient depuis été identifiés comme étant des tubes à faisceau correcteurs 70L7-GT. Ils étaient fichés dans un dispositif contenu dans une boite mesurant 61 x 30,5 x 15 cm. Cela n’était pas plus grand qu’un poste radio à ondes courtes et contenait les 12 tubes à vide, des résistances et du câblage. Deux barres de 0,6 cm de diamètre et 7,6 cm de long devaient de toute évidence être connectées aux câbles reliés au moteur. Revenant à la voiture, ils placèrent la boite dans un logement prévu à cet effet, sous le tableau de bord, côté passager. Tesla connecta les deux barres et observa un voltmètre. "Nous avons de la puissance" annonça-t-il, montrant la clef de contact à son neveu. Le tableau de bord contenait d’autres voyants dont Tesla ne voulut pas expliquer la raison d’être. Savo démarra le moteur à la demande de Tesla, qui affirma : "le moteur tourne", bien que Savo n’entendit rien. Cependant, le savant électricien étant assis à côté de lui, Savo enclencha une vitesse, appuya sur l’accélérateur et sortit la voiture du garage. Longtemps ce jour-là, Savo conduisit cette voiture sans carburant, parcourant 80 km à travers Buffalo, puis dans la campagne. La Pierce Arrow avait un tachymètre calibré jusqu’à 192 km/h ; elle fut poussée jusqu’à 145 km/h, toujours dans un égal silence. Comme ils parcouraient la campagne, le Dr. Tesla gagna confiance en son invention et commença à s’en expliquer à son neveu. Le système était capable de fournir indéfiniment de l’énergie à la voiture, mais bien plus que cela : il était susceptible de satisfaire, en quantité excédentaire, les besoins de toute une maison. Jusque là réticent à en expliquer le principe, le Dr. Tesla admit cependant que son dispositif n’était autre qu’un récepteur d’une "radiation mystérieuse qui venait de l’éther" et qui "se trouvait disponible en quantité illimitée" ; "l’humanité", ajouta-t-il "pourrait être reconnaissante de son existence". Pendant les huit jours suivants, Tesla et Savo essayèrent la Pierce Arrow en ville et en campagne, à toutes les allures, depuis une vitesse rampante jusqu’à 145 km/h. Les performances étaient équivalentes à celles de n’importe quelle voiture de l’époque, à plusieurs cylindres, y compris la Pierce Arrow Height de six litres de cylindrée développant 125 CV. Tesla prédit à Savo que son récepteur d’énergie serait bientôt utilisé pour propulser des trains, des navires et des avions, autant que des automobiles. Finalement, l’inventeur et son assistant conduisirent la voiture à un endroit prévu et secret : une vieille grange, près d’une ferme à une bonne trentaine de kilomètres de Buffalo. Ils l’y laissèrent, Tesla emportant avec lui la clef de contact et le dispositif récepteur. Le roman d’espionnage continua. Petar Savo entendit des rumeurs selon lesquelles une secrétaire avait été licenciée pour avoir parlé ouvertement des essais secrets. Ceci explique peut-être comment un reportage embrouillé parut dans plusieurs quotidiens. On demanda à Tesla d’où provenait l’énergie ; "de l’éther tout autour de nous", répondit-il du bout des lèvres. Certains firent entendre que Tesla était fou et de quelque façon acoquiné avec des forces occultes. Meurtri, Tesla se retira à son laboratoire new-yorkais avec sa boite mystérieuse. Ainsi prit fin sa brève incursion dans le domaine des applications à la propulsion automobile. Cette histoire de fuite d’informations n’est peut-être pas entièrement exacte, car Tesla n’était pas allergique à une certaine publicité pour promouvoir ses idées et ses inventions ; encore qu’il eût toutes les raisons de se montrer circonspect car ses systèmes menaçaient le statu quo industriel régnant. En 1930, la compagnie Pierce Arrow avait atteint le sommet de sa gloire, en 1931 elle était en déclin et en 1932 elle avait perdu US$ 3.000.000. En 1933, logée à la même enseigne, la compagnie parente Studebaker oscillait au bord de la faillite. L’attention se déplaça de l’innovation à la survie ; et c’est ici que prend fin notre histoire de la Pierce Arrow.

Le mystère dans l’énigme. Environ un mois après l’incident publicitaire, Petar Savo reçut un coup de téléphone de Lee DeForest, ami de Tesla et pionnier dans le domaine des tubes à vide. Il demanda à Savo si les essais lui avaient plu. Savo manifesta son enthousiasme et DeForest rendit hommage à Tesla, le qualifiant de plus grand inventeur connu au monde. Plus tard, Savo s’enquit auprès de son oncle des progrès de son récepteur d’énergie et de ses applications. Le Dr. Tesla répondit qu’il était en négociation avec un chantier naval important en vue de l’équipement d’un navire d’un dispositif similaire à celui de la voiture électrique. Il s’abstint cependant de fournir des détails, car il était particulièrement prudent à propos de la protection de la propriété intellectuelle de son invention. Avec raison, car des intérêts puissants cherchaient à l’empêcher de mettre ses technologies en application et l’avaient déjà précédemment entravé. Le 2 avril 1934, le New York Daily News publia un article intitulé "Le rêve de puissance sans fil de Tesla est proche de devenir une réalité", décrivant "l’essai prévu d’une automobile utilisant une transmission sans fil d’énergie électrique". Cet article était postérieur à l’essai et ne faisait aucune mention d’énergie "libre", vocable plus récent. Quand vint le moment d’exposer ouvertement la voiture, la Westinghouse Corporation, sous la présidence de F.A. Merrick, installa Tesla, à ses frais, à l’hôtel New Yorker, le plus moderne et le plus luxueux de la ville. Le scientifique vieillissant y vécut gratuitement pour le restant de ses jours. Tesla fut aussi employé par Westinghouse pour une recherche non précisée dans le domaine de la radio et il mit fin à ses déclarations publiques concernant les rayons cosmiques. Westinghouse a-t-il acheté le silence indécis de Tesla concernant ses découvertes sur l’énergie libre ? Ou ce dernier a-t-il été payé pour poursuivre des projets secrets, tellement spéculatifs qu’ils n’eussent pas constitué de menace pour l’industrie en place avant un avenir prévisible ? Le rideau tombe sur cette interrogation

A propos de l’auteur. Igor Spajic acheta son premier numéro de Nexus à cause d’un article sur Nikola Tesla et, depuis, continue à s’intéresser à la technologie et à l’histoire de l’inventeur. En tant que graphiste, il a contribué à l’illustration de magazines et a créé des personnages de B.D. pour un programme scolaire d’éducation musicale. Igor s’occupe à restaurer une voiture de collection, bien qu’il n’envisage pas de la motoriser à l’énergie cosmique. Il prépare une suite à son article, s’interrogeant sur la manière dont Tesla est parvenu à domestiquer l’énergie du champ magnétique terrestre pour propulser sa voiture
.

Traduction : André Dufour

[Sources : “The Electric Auto That Almost Triumphed” by A. C. Greene, Dallas Morning News, 24th January 1993. “The Forgotten Art of Electric-Powered Automobiles” by Arthur Abram, The Cormorant (?) Packard Clubs newsletter, date unknown. “The Tesla Papers” by Nikola Tesla, Edited by David Hatcher Childress. “The Fantastic Inventions of Nikola Tesla” by David Hatcher Childress. “Tesla’s Electric Car” by Gerry Vassilatos, KeelyNet BBS. “Tesla’s Electric Car – The Moray Version” by Jerry Decker, KeelyNet BBS, 31/1/1993. “La Belle Chauffeuse” by Friso Wiegersma. “The Illustrated Motor Vehicle Collection” by Southward Car Museum Trust (Inc.) “Global Change and the Future of Transport” by H. Tibbs, in “Road & Transport Research”, June 1998. “The Energetic Vacuum : Implications for Energy Research” by H. E. Puthoff, in “Speculations in Science & Technology”, Vol. 13, No. 3. “Running on Empty” by C. Seife, in “New Scientist”, 25 April 1998. TFC Books (www.tfcbooks.com/teslafaq) ‘Generalised Classical Electrodynamics for the prediction of scalar field effects (the theoretical background of Tesla’s longitudinal electric waves, electrostatic energy, the Hutchison effect, and more)’ by Koen van Vlaenderen, Electrical engineer, MD Alkmaar, The Netherlands, kovavla@zonnet.nl

"Secrets of Cold War Technology - Project HAARP and Beyond", by Gerry Vassilatos. - ISBN 0-945685-20-3

"Revolution in Technik, Medizin, Gesellschaft" — Hans A. Nieper — ISBN 3-925188-00-2, (English version : "Dr. Nieper’s Revolution in Technology, Medicine and Society" — ISBN 3-925188-07-X )
http://www.amessi.org/La-voiture-a-energie-libre-de